Belga

Accord sur les modalités de réouverture du secteur Horeca, mais sans date

Un accord a été trouvé sur les modalités de réouverture des cafés et restaurants, a indiqué ce vendredi le gouvernement fédéral, confirmant une information de la VRT. Parmi les conditions imposées, les établissements devront fermer leurs portes à minuit et une distance physique d'1,5 mètre devra être respectée entre les clients. Aucune date n'a cependant encore été fixée pour la réouverture effective du secteur.

En outre, aucun service au bar ne sera possible. Pour présenter la carte des consommations ou plats, des pancartes devront être utilisées. Les menus individuels seront proscrits.

"Plus il est tard, plus il est difficile de respecter les règles de distanciation sociale", a indiqué la ministre de l'Économie Nathalie Muylle (photo) pour expliquer l’obligation de fermeture des établissements à minuit. "Il a également été tenu compte des restaurants qui pourraient organiser deux 'shifts' d'affilée."

La date de réouverture des restaurants et cafés reste inconnue et devra être fixée par le Conseil national de sécurité la semaine prochaine. Le secteur Horeca pourrait rouvrir le 8 juin, sous réserve des mesures de sécurité nécessaires.

Le guide de redémarrage a été élaboré par les partenaires sociaux de l'Horeca. Approuvé par le gouvernement, il peut désormais être distribué aux établissements.

Baisse de la TVA à 6% dans l'Horeca ?

Le gouvernement propose dans son plan de protection sociale et économique plusieurs mesures de soutien à l'Horeca et au secteur événementiel. Parmi celles-ci figure la baisse de la TVA de 12% à 6% sur les repas. Quant à la TVA sur les boissons non alcoolisées, elle passerait de 21% à 6%. Cette diminution vaudrait jusqu'à la fin de l'année.

Les frais de restaurant pour les entreprises et indépendants seraient déductibles à 100%, contre 69% actuellement. Les coûts des réceptions et autres événements seraient également déductibles à 100% de l'impôt des sociétés et des personnes physiques.

Les employeurs pourraient par ailleurs acheter des chèques Horeca pour leurs travailleurs d'un montant maximal de 250 euros. Ceux-ci devraient être échangés dans des établissements belges. Ils seraient exonérés de cotisations et valables pendant un an.

Ne rien faire pour ce secteur durement touché coûterait cher, selon une note interne au gouvernement. La perte de recettes pour l'Etat pourrait s'élever à 1,4 milliard d'euros.

Les plus consultés