Reporters

Les visites familiales et les achats "nécessaires" à nouveau possibles au-delà de nos frontières, mis à part en France

Depuis ce samedi, les Belges sont autorisés à rendre visite aux membres de leur famille résidant en Allemagne, au Grand-Duché de Luxembourg ou aux Pays-Bas. Ils peuvent également traverser la frontière pour faire des achats dans ces pays, à condition de respecter les mesures en vigueur. Ces autorisations ne concernent cependant pas la France, où seuls les déplacements essentiels sont permis, précisent les Affaires étrangères.

Les visites  étaient interdites depuis le 20 mars en raison des mesures de lutte contre le coronavirus, lorsque les frontières ont été fermées aux déplacements non essentiels.

Il est donc désormais possible de rejoindre l'Allemagne, le Grand-Duché de Luxembourg ou les Pays-Bas pour rendre visite à sa famille ou faire du shopping.

Les Affaires étrangères précisent toutefois que ces autorisations ne concernent pas la France, alors que plusieurs médias évoquent le refoulement de Belges à la frontière. Dans l'Hexagone, seuls les déplacements essentiels sont autorisés et il est nécessaire de se munir ainsi que de remplir une attestation pour un déplacement international.

De son côté, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem (CD&V) a souligné la nécessité de respecter strictement les mesures afin de limiter au maximum l'éventuel impact sur la santé publique.   

Long week-end

La décision de la Belgique  a été saluée au Grand Duché de Luxembourg. "Il s'agit d'un geste apprécié à la veille du week-end de la Pentecôte qui permettra aux familles de se revoir après des semaines de séparation", a souligné le ministre des Affaires étrangères, Jean Assleborn.

"La décision prise par le gouvernement fédéral devrait contribuer à désamorcer une situation qui reste difficile à notre frontière avec la Belgique. Nous poursuivrons notre dialogue avec les autorités belges en vue d'une levée progressive des mesures restrictives qui restent encore en place. L'objectif ultime reste bien sûr la levée de toutes les entraves à la libre circulation", a-t-il ajouté.

Un comité ad hoc belgo-luxembourgeois a été constitué. Il a pour mission d'identifier les questions qui se posent dans le cadre de la réouverture progressive de la frontière avec la Belgique.   

Les plus consultés