Un nombre record d’enfants n’a toujours pas de place dans l’enseignement néerlandophone à Bruxelles

Jamais auparavant le nombre d’élèves inscrits dans une école maternelle ou primaire flamande de la capitale n’avait été aussi élevé. La situation signifie toutefois aussi qu’un nombre record d’enfants ne sait toujours pas dans quel établissement il pourra rentrer en septembre prochain. 

Pas moins de 6.888 demandes d’inscription dans l’enseignement maternelle et primaire néerlandophone à Bruxelles ont été enregistrées. C’est un nouveau record, et une hausse de 7,3% par rapport à l’an dernier.

Vendredi, les parents ont obtenu une réponse à leur demande : 2.936 enfants ont été acceptés dans une école. Mais pour 3.952 autres, aucune place n’a pour l’instant été trouvée. Il s’agit, là aussi, d’un nombre record.

Des places très convoitées

A Bruxelles, les places dans les écoles de l’enseignement néerlandophone sont particulièrement convoitées. Le nombre de demandes continue d’augmenter. Malgré les 755 places supplémentaires créées cette année, le manque de places continue de croître.

Les élèves qui ont reçu une réponse négative ne sont pas pour autant voués à ne plus trouver de place. D’après la LOP, la plateforme de concertation de l’enseignement de base à Bruxelles, la plupart des enfants finissent tout de même par être admis dans une école.  

Demande d’investissements

Face à la situation actuelle, la LOP a appelé les autorités à investir davantage dans la création de places supplémentaires. L’an dernier, 152 enfants n’ont en effet jamais pu être inscrits dans une école. Parallèlement, 104 autres n’ont pas pu être contactés pour connaître leur situation.

D’après la plateforme, la majorité de ces enfants non-inscrits devaient intégrer une classe d’accueil ou de première et deuxième maternelle. La LOP met en garde face à une situation qu’elle juge inquiétante, le fossé social se creusant, selon elle, dès l’enseignement maternel.   

 

Les plus consultés