Nicolas Maeterlinck

Le tribunal anversois se prononce contre l'euthanasie du chaton Lee, qui pourra retourner au Pérou

Le juge des référés d'Anvers s'est prononcé ce vendredi contre l'euthanasie du chaton péruvien Lee, que l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) avait requise. Elle craint en effet que l'animal - ramené récemment du Pérou par l’étudiante Selena Ali (photo, à g.) alors qu’il aurait dû passer dans son pays d’origine une quarantaine après avoir reçu un vaccin - soit porteur de la rage. Ce virus étant l’un des plus meurtriers au monde et la Belgique s’étant complètement débarrassée de la rage depuis 2001, l’Afsca veut absolument éviter que le chaton puisse contaminer qui que ce soit en Belgique.

Selena Ali, une étudiante de 23 ans propriétaire du chaton, avait été rapatriée du Pérou début avril en raison de l'épidémie de coronavirus. Elle était accompagnée de Lee, adopté dans un bar à chats de Cuzco. L'Afsca n'avait cependant pas donné son autorisation à l’entrée du chaton sur le territoire belge, le Pérou étant un pays considéré à haut risque pour la rage.

Lee a été vacciné contre la rage, mais n'a pas passé suffisamment de temps en quarantaine dans son pays d’origine avant d’entrer en Europe. Fin avril, l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire avait décidé que Lee devait être euthanasié, parce qu’il n'est pas exclu que l'animal soit porteur du virus.

Selena Ali s'y était opposée et avait mis le chaton à l'abri. Elle avait reçu le soutien du ministre flamand du Bien-être animal Ben Weyts et de l’organisation de défense des animaux Gaia, qui réclamaient que le chaton puisse effectuer une quarantaine en Belgique plutôt que d’être euthanasié.

L'Afsca avait alors porté l'affaire en référé et réclamait 5.000 euros de l'heure tant que Lee ne lui était pas remis. L'Agence fédérale vient donc d’être déboutée ce vendredi par le juge des référés d’Anvers.

Lee serait autorisé à retourner au Pérou

L'agence sanitaire péruvienne Senasa avait indiqué dimanche sur son compte Twitter donner son feu vert pour le retour de l'animal, mais les autorités belges attendaient encore une notification officielle. L'ambassade du Pérou en Belgique a confirmé jeudi - dans un courrier adressé à Denis Ducarme, ministre de tutelle de l'Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) - que le chaton Lee pouvait rentrer au Pérou, annonce ce vendredi l'association de défense des animaux Gaia, qui a posté ce courrier sur son site internet.

Le cabinet Ducarme a confirmé avoir reçu une réponse péruvienne et espère une réunion entre l'ambassade et l'Afsca afin de clarifier les modalités de retour du petit félin. L'ambassade du Pérou a souligné que la propriétaire du chaton doit présenter l'un des documents suivants: un certificat sanitaire officiel des autorités belges précisant les vaccins et le passeport du chaton, ou le carnet de vaccination de Lee octroyé par le vétérinaire qui l'a vacciné au Pérou contre la rage.

Les plus consultés