AFP or licensors

Les virologues appellent à la prudence pour les voyages à l’étranger : "C’est un mois trop tôt"

Les virologues belges Marc Van Ranst et Erika Vlieghe se montrent prudents face à la décision du Conseil national de sécurité d’ouvrir les frontières du pays dès le 15 juin. Ils estiment en effet que c’est trop tôt pour permettre des départs en masse vers des destinations de vacances à l’étranger et déconseillent les voyages en avion pour l’instant. "Les gens vont considérer cet assouplissement comme un sauf-conduit pour du tourisme comme avant l’épidémie de coronavirus", redoute Erika Vlieghe, qui préside le groupe d’experts qui conseille le gouvernement fédéral sur le processus de déconfinement.

Dès le 15 juin, les frontières la Belgique s’ouvriront, tout comme celles de la plupart des pays de l’Union européenne (sauf l’Espagne). Ce qui signifie qu’il sera alors possible de voyager à l’étranger, du moins en Europe. Le secteur touristique se prépare déjà activement à cette réouverture des frontières et la reprise de ses activités, alors que les compagnies aériennes voient leurs ventes de billets d’avion déjà augmenter.

Les virologues Marc Van Ranst et Erika Vlieghe estiment néanmoins qu’il est encore trop tôt pour partir en vacances à l’étranger. "J’aurais préféré que les frontières restent encore fermées un mois supplémentaire", expliquait le professeur Vlieghe, experte dans la stratégie de déconfinement.

"Il ne s’agit pas actuellement d’une invitation au tourisme de masse. Les citoyens peuvent aller rendre visite à leur famille à l’étranger, mais j’appréhende ce qui va se passer si les gens considèrent cet assouplissement comme un sauf-conduit pour du tourisme à la manière d’avant la crise sanitaire. Je déconseille actuellement de prendre l’avion pour voyager. Les voyages vers le Royaume-Uni et la Suède sont également à déconseiller", précise Erika Vlieghe (photo archives).

James Arthur Photography

Le Royaume-Uni a en effet compté ce vendredi 1.800 contaminations supplémentaires au coronavirus, tandis que la Suède voit depuis quelques jours le nombre de contaminations monter en flèche, après avoir pris pendant des semaines peu de mesures de prévention.

Le virologue Marc Van Ranst (photo) reste également prudent. "C’est vraiment très tôt pour asseoir un grand nombre de gens dans un même avion. S’ils se rendent vers des pays où l’épidémie de Covid-19 est à peu près au même stade qu’en Belgique, cela peut encore aller. Mais c’est par contre beaucoup trop tôt pour se rendre immédiatement avec des avions bondés vers des hôtels bondés pour aller s’asseoir sur des plages peuplées. Le virus n’est pas encore parti", souligne Marc Van Ranst.

L’Union des agences de voyage flamandes précise que le secteur prend suffisamment de mesures de prévention pour que tout se déroule en toute sécurité. "Si vous vous rendez aujourd’hui à l’aéroport, vous verrez qu’il y a des thermomètres, tant pour les voyageurs qui partent que ceux qui reviennent. Et à bord des avions, toutes les mesures sanitaires ont été prises".

Les plus consultés