Nicolas Maeterlinck

A Bruxelles, Anvers, Gand et Hasselt des milliers de manifestants rassemblés contre le racisme

Quelque 10.000 personnes, de tous âges et de toutes origines, se sont rassemblées ce dimanche après-midi sur la Place Poelaert à Bruxelles, au pied du palais de justice, pour protester contre les violences policières envers les personnes de couleur et plus généralement contre le racisme. Près de 1.200 personnes s’étaient retrouvées à Anvers sur la Steenplein pour porter le même message, et 750 autres dans le parc Albert à Gand. Près de 200 personnes ont participé à un sit-in à Hasselt, à la mémoire de l’Afro-Américain George Floyd, victime le 25 mai de la violence policière à Minneapolis. La plupart de ces milliers de manifestants portaient un masque, dans le respect des règles de protection sanitaire contre le coronavirus.

"Le meurtre de George Floyd aux Etats-Unis a visiblement réveillé beaucoup de gens", estimait Ange Kazi, porte-parole du 'Belgian Network for Black Lives' (BNFBL), qui a appelé à cette action de protestation sur la Place Poelaert à Bruxelles. "Beaucoup de gens en ont marre de la violence policière qui touche systématiquement les noirs", ajoute-t-elle.

Les organisateurs attendaient 5.000 personnes devant le palais de justice bruxellois. Selon un premier comptage de la police, il semblerait qu’ils aient été le double. Parmi les manifestants, dont la grande majorité est masquée pour se protéger du coronavirus, beaucoup portaient des pancartes avec le slogan "Black lives matter". D'autres évoquaient les noms de Semira Adamu, Mawda ou encore des jeunes Bruxellois Mehdi en Adil, décédés lors de confrontations avec la police.

Nicolas Maeterlinck

"Nous exigeons la justice pour chaque victime de violences policières en Belgique", revendiquent de nombreux manifestants. "A chaque incident, un juge d'instruction doit être désigné afin que la victime et sa famille puissent bénéficier d'une enquête impartiale."

Présente aux abords de la Place Poelaert afin de surveiller la manifestation, la police est restée discrète.

Près de 1.200 personnes à Anvers

Quelque 1.200 personnes se sont rassemblées dimanche midi sur la Steenplein à Anvers pour protester contre la mort de George Floyd, a indiqué la police anversoise. La majorité des manifestants semble avoir respecté la règle de la distanciation physique imposée dans le cadre de la lutte contre le coronavirus.

Entre 500 et 700 personnes s’étaient déjà réunies samedi après-midi sur la Place Verte à Anvers, pour manifester contre la mort de l’Afro-Américain asphyxié par un policier lors de son arrestation à Minneapolis aux Etats-Unis, le 25 mai.

Le groupe Belgian Youth Against Racism avait appelé la semaine passée sur les réseaux sociaux à manifester dans plusieurs villes du pays. Initialement prévue sur la Place Verte, la manifestation de ce dimanche s'est déplacée au dernier moment sur la Steenplein. Les autorités communales et policières de la métropole n'avaient en effet pas autorisé le rassemblement, qui s'est cependant déroulé dans le calme.

Près de 750 personnes manifestent sans incident à Gand

Près de 750 personnes ont participé à une manifestation contre le racisme dans le parc Albert à Gand (Flandre orientale). "Tout s'est déroulé sans incident et nous n'avons pas dû intervenir", a expliqué la police locale. La manifestation n'étant pas autorisée, les organisateurs devront s'acquitter d'une amende de 350 euros.

Les manifestants se sont rassemblés près de la statue du roi Albert Ier devant laquelle ils se sont déchaussés et ont observé 8 minutes et 46 secondes de silence, soit le temps qu'a mis George Floyd avant de succomber lors de son arrestation.

Près de 200 personnes à un sit-in à Hasselt

Environ 200 personnes ont pris part à un sit-in à Hasselt (Limbourg) en mémoire de George Floyd. Les manifestants se sont ensuite rendus devant de la statue du roi Léopold II dont la tête avait été recouverte d'un morceau de tissu blanc.

Les organisateurs n'ayant pas reçu l'autorisation de manifester, l'action de protestation a revêtu une forme alternative. Les manifestants ont été invités à déposer des paires de chaussures sur le lieu de la manifestation où plusieurs orateurs se sont ensuite exprimés. Le sit-in s'est déroulé sans incident, a précisé la police. "Le bourgmestre avait été informé et avait donné son accord à cette forme de protestation."

Moment fort du rassemblement: plusieurs enfants ont brandi leur poing serré, symbole du mouvement Black Lives Matter, rejoints ensuite par de nombreux manifestants. Après le sit-in, les manifestants se sont rendus devant la statue de Léopold II qui avait été maculée de peinture rouge plus tôt dans la semaine. Certains manifestants ont attaché un morceau de tissu blanc autour de la tête du monarque afin de dénoncer la politique de terreur menée par ce dernier au Congo au cours du 19e siècle.

A Ostende (Flandre occidentale) aussi, des dizaines de personnes se sont retrouvées devant une statue du roi Léopold II, pour exprimer leur protestation face au racisme et à la violence envers les personnes de couleur.

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés