Le colonialisme devra être enseigné dans les écoles secondaires

Les élèves belges, tant au nord qu'au sud du pays, ne pourront à l'avenir quitter les bancs de l'école secondaire sans avoir au moins une connaissance de base de ce qu'est le colonialisme et ce que fut l’histoire coloniale de la Belgique. C’est ce qui est prévu dans le projet de texte des nouveaux objectifs de fin d’études secondaires en histoire pour les écoles néerlandophones. C’est aussi le souhait de la ministre de l’Education en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le colonialisme sera prochainement explicitement mentionné dans les nouveaux objectifs finaux du cours d'histoire pour les élèves de la fin du secondaire, annonce le ministre flamand de l'Enseignement, Ben Weyts (N-VA). L'objectif est que tous les élèves du nord du pays quittent les bancs de l'école avec au minimum une connaissance de base de l'histoire coloniale de la Belgique.

Dans les objectifs finaux actuels, il est mentionné uniquement quelle période de l’histoire doit être étudiée dans le cadre de ce cours pour chaque degré du secondaire. Les enseignants peuvent donc décider eux-mêmes s’ils veulent parler du Congo et de la décolonisation. Dans les nouveaux objectifs finaux, des termes-clefs historiques seront repris, comme l’impérialisme, le (néo)colonialisme et la décolonisation.

C’est ce qu’a confirmé le cabinet du ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts à VRT NWS. Le gouvernement et le Parlement flamands doivent cependant encore approuver en séance plénière les objectifs finaux pour le secondaire.

D’après le professeur Karel Van Nieuwenhuyse (photo archives) de l’Université de Louvain (KU Leuven), la nouveauté sera aussi que ces termes-clefs devront être abordés avec les élèves sous différentes perspectives. "L’histoire du Congo est actuellement analysée avec des lunettes de blancs, comme si la population locale n’avait joué qu’un rôle passif. Il ne s’agit pas d’insuffler une haine de soi, mais simplement de permettre de comprendre l’histoire de façon plus nuancée. Si vous voulez réfléchir à un problème, vous devez l’aborder sous des angles divers. Il en va de même pour ce qui est de l’histoire et d’évènements passés", estime le professeur louvaniste.

Souhait en Communauté française également

Selon le quotidien La Dernière Heure, la ministre de l'Éducation en Fédération Wallonie-Bruxelles, Caroline Désir (PS), a réaffirmé dans une vidéo en réponse à Cécile Djunga (ex-RTBF), qui lui avait adressée une lettre ouverte, son projet de rendre obligatoires les cours sur l'histoire du Congo et de la colonisation dans tous les réseaux et toutes les filières.

Actuellement, seuls les élèves des filières techniques et professionnelles reçoivent systématiquement ce cours, indique le quotidien.

"Ce n'est pas tellement que l'histoire du Congo ou de la colonisation se fait de façon maladroite sur base de références dépassées, c'est surtout que cette histoire est trop souvent ignorée. La plupart des élèves n'entendent pas parler de la colonisation belge au Congo ni des mécanismes d'exploitation et de domination. Nous ne pouvons plus tolérer cette lacune", déclare la ministre francophone (photo) dans une capsule diffusée sur les réseaux sociaux.

Caroline Désir

Les plus consultés