Violences conjugales: un système d'alerte via les pharmacies

La Chambre a approuvé jeudi soir deux propositions de résolution cosignées par plusieurs partis qui vise notamment à créer un dispositif d'alerte des violences conjugales associant les pharmacies, à l'image de ce qu'ont mis en place des pays européens comme la France et l'Espagne.

Les mesures de confinement ont une nouvelle fois mis en lumière le phénomène. Les auteurs des propositions de résolution demandent que les victimes de violences intrafamiliales puissent recourir à un système qui leur permettent de dénoncer les faits dont elles sont victimes en se rendant dans une pharmacie.

Le système a déjà été développé en Flandre et dans certaines communes bruxelloises. Une victime de violences intrafamiliales peut ainsi appeler son pharmacien à l'aide en feignant de commander un 'masque 19'. Le pharmacien lui demandera alors ses coordonnées, prétendument pour passer la commande du masque. Ces coordonnées seront ensuite transmises à la police.

La résolution demande également qu'une circulaire soit émise à l'attention de tous les commissariats de Belgique afin qu'ils prennent contact avec toutes les victimes de violences intrafamiliales qui ont porté plainte 3 mois avant le confinement, ainsi qu'avec les auteurs présumés.

Plusieurs zones de police, dont celle de Bruxelles-Nord, ainsi que les Family Justice Centers en Flandre, ont mis en place cette bonne pratique qu'il est nécessaire de généraliser, selon les auteurs.

Autre demande: constituer un groupe de policiers spécialisés en matière de violences intrafamiliales dans chaque zone de police qui seront chargés d'assurer une permanence 24h/24 et d'offrir une prise en charge spécialisée des victimes déposant plainte.

Les plus consultés