Laurie Dieffembacq

La FEB demande un gouvernement de plein exercice doté d'un plan de relance ambitieux

La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) a salué vendredi soir les mesures fiscales prises par le "superkern" visant à soutenir les entreprises en difficulté à la suite de la crise du coronavirus. Elle regrette toutefois qu'"un gouvernement de plein exercice, qui puisse se mettre au travail avec un plan de relance mûrement réfléchi et largement soutenu" ne soit pas mis en place.

L'extension du tax shelter aux PME, la suspension de l'acompte de la TVA de décembre 2020, et l'augmentation unique de la déduction pour investissement à 25% "contribueront à maintenir le capital des entreprises à niveau et à stimuler les investissements", reconnait la FEB.

Cette dernière s'étonne en revanche "que le 'caractère temporaire' ait été abandonné dans le cadre de certaines mesures, telles que la mesure relative aux régimes de fin de carrière, qui poussent les 55 ans et plus hors du marché du travail".

La Fédération déplore également "le manque d'attention accordée aux entreprises qui souhaitent compenser à court terme leurs pertes liées aux mois de confinement. L'application du régime temporaire des heures supplémentaires volontaires pour toutes les entreprises aurait ainsi pu les aider à effectuer ce rattrapage."

"On s'attend à ce que 7 à 10% des entreprises flirtent avec la faillite. Un gouvernement de plein exercice doté d'un plan de relance ambitieux est dès lors plus que jamais nécessaire, et ce, dès aujourd'hui", a déclaré Pieter Timmermans, administrateur délégué de la FEB.

Les plus consultés