Une femme sur trois, âgée de plus de 60 ans, victime de maltraitances, en Belgique

Près d'une femme sur trois de plus de 60 ans déclare avoir été victime de mauvais traitements. C'est ce qui ressort d'une enquête internationale, annonce le VLOCO, le centre flamand de soutien aux personnes âgées. Lorsqu’on parle de maltraitance envers les seniors cela concerne non seulement la violence physique, mais aussi la violence psychologique, les abus financiers ou la négligence.

Un homme frappe sa mère démente, qui vit avec lui, parce qu’elle a jeté sans raison plusieurs de ses précieuses bandes dessinées à la poubelle. Une femme de ménage qui fait les courses d'un homme âgé avec sa carte bancaire s’achète aussi des produits pour elle-même. Ce sont-là quelques exemples fictifs de mauvais traitements infligés aux personnes âgées.

Ces exemples-là sont intentionnels, mais cela se produit parfois aussi sans mauvaises intentions. Ce sont des situations dans lesquelles, par exemple, un prestataire de soins s’occupe de personnes âgées avec les meilleures intentions, mais ne le fait pas de manière adéquate ni appropriée, ce qui entraîne des souffrances pour les personnes dont il s’occupe. Par exemple, un soignant qui, par facilité, attache une personne démente à son siège pour des raisons de sécurité.

Des études internationales montrent que dans notre pays, environ 32 % des femmes de plus de 60 ans déclarent avoir été victimes de ce type d'abus. Le Centre flamand de soutien aux personnes âgées VLOCO rencontre en effet principalement des femmes lors de ses consultations. Les auteurs sont principalement des personnes de l’environnement immédiat de la victime. C'est le cas dans 81% des cas.

De plus, 67 % des personnes interrogées vivent avec l'auteur de l'infraction. "Ce sont toutes des situations dans lesquelles une personne âgée est dépendante de quelqu'un d'autre", explique Lily De Clercq du VLOCO. "Par exemple, la personne âgée ne peut plus faire ses courses et c’est sa femme de ménage ou son fils ou sa fille qui le fera désormais. Ou bien la personne âgée a besoin de soins médicaux, ou bien elle est seule et dépend d'une personne pour avoir encore des contacts sociaux".

Le 15 juin : "Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées"

En Flandre, 799 situations de maltraitance des personnes âgées ont été enregistrées auprès du VLOCO, l'an dernier. "Chaque jour, nous recevons deux signalements à ce sujet. Mais ce chiffre n'est que la partie émergée de l'iceberg", explique Lily De Clercq.

Selon l'organisation, ces faits sont toujours entourés de tabou. "C'est un sujet très délicat à aborder. Il y a beaucoup de honte à en parler pour les personnes âgées. Ce n'est pas non plus un thème très courant pour l'instant. C'est pourquoi, malheureusement, il est resté en dehors des radars".

C'est pourtant seulement en en parlant que ce tabou pourra être brisé. C'est la raison pour laquelle le 15 juin a été proclamé "Journée mondiale de lutte contre la maltraitance des personnes âgées".

Le VLOCO préconise également de soutenir davantage les professionnels et les aidants dans le domaine des soins aux personnes âgées. "La sensibilisation peut se faire par le biais de campagnes, mais aussi en prêtant attention à la question de la formation des soignants, tels que les médecins, les infirmières ou les travailleurs sociaux".
 

Les plus consultés