Chargement lecteur vidéo ...

Redémarrage paisible à l’aéroport de Zaventem, Brussels Airlines affiche presque complet

Les activités n’avaient jamais complètement cessé à Brussels Airport, mais l’aéroport international a officiellement rouvert ses portes aux voyageurs ce lundi, en même temps que la réouverture de la plupart des frontières au sein de l'Union européenne. L'aéroport ne semble ainsi plus aussi vide que ces dernières semaines, mais il n'est pas pour autant noir de monde. Il n'y avait ainsi aucune file d'attente ce lundi matin, où tout se déroulait dans le calme. Un seul passager a été refoulé parce qu’il présentait des symptômes de Covid-19. La relance était devenue "cruciale pour sauver des emplois à l'aéroport", indiquait le CEO de l’aéroport, Arnaud Feist.

Le redémarrage est progressif. Soixante vols étaient prévus sur l'ensemble de la journée et Brussels Airport accueillera plus de 4.000 passagers. Ce nombre augmentera ensuite progressivement jour après jour, pour atteindre déjà quelque 14.000 voyageurs d'ici le 1er juillet. En juillet et août, l'aéroport table sur plus d'un million de passagers, ce qui est nécessaire pour la survie de tout le secteur de l'aviation, estime son patron Arnaud Feist.

"La situation est plutôt dramatique pour le secteur ici à l'aéroport. Ce redémarrage est crucial pour sauver des emplois. Plus vite nous pourrons relancer les opérations, plus nous aurons de chances de réduire la perte d'emplois".

Pour l'entreprise de manutention aéroportuaire Swissport, ce redémarrage arrive cependant trop tard. Le bagagiste a fait faillite, avec ses quelque 1.500 employés licenciés. Brussels Airport cherche une entreprise qui puisse reprendre ces activités. La loi prévoit en effet qu'outre Aviapartner, une seconde société de manutention soit active à Zaventem.

"Nous sommes en contact avec plus de dix candidats. Nous espérons pouvoir choisir un nouveau bagagiste dans les prochaines semaines", a confié à ce sujet le patron de l'aéroport. "Un élément important de la sélection sera le personnel. Il est très clair que nous allons demander de donner la priorité au personnel de Swissport. Nous n'avons rien fixé sur leurs conditions salariales dans l'appel d'offres, c'est une question entre employeur et employé", a encore précisé Arnaud Feist (photo archives).

Température : un passager refoulé avec des symptômes

La température de chaque passager est mesurée à l'entrée du terminal, à l’entrée du hall des départs, a indiqué la porte-parole de l'aéroport Ihsane Chioua Lekhli. Il y a eu plusieurs doubles vérifications. Et un contrôle médical effectué lundi matin a révélé chez un passager des symptômes du Covid-19. Cette personne s'est vu refuser l'accès aux bâtiments de l'aéroport et n'a pu prendre son vol.

A 13h, quelque 3.500 personnes avaient ainsi déjà été contrôlées. Quatorze d'entre-elles ont révélé plus de 38°C au contrôle par caméra thermique. Ces personnes ont été dirigées vers le service médical, à l'extérieur du bâtiment, et y ont été soumises à un deuxième contrôle de température.

Le médecin leur soumet aussi un questionnaire afin de vérifier s'il est question de symptômes en rapport avec le coronavirus ou d'autres causes qui pourraient expliquer une température élevée.

"Des vols complets presque partout"

Dieter Vranckx, patron de Brussels Airlines, se dit satisfait du redémarrage des activités de la compagnie aérienne belge. "Tout se passe comme prévu. Après trois mois d'inactivité, c'est une journée importante aujourd'hui. Nous avons des vols complets presque partout, ça fait plaisir."

Brussels Airlines affichait 22 vols ce lundi à l'aéroport de Zaventem. Le premier vol à destination de Rome était programmé à 07h30. Il était plein à craquer. Quelques heures plus tard, le vol vers Marseille était moins rempli. "Tous les avions, à l'exception d'un ou deux, sont complets, ce qui est normal dans notre business", expliquait Dieter Vranckx.

"Les destinations touristiques telles que Malaga ou Rome sont en plein essor. Les voyages d'affaires à destination de Vienne et Budapest se portent bien également. Si l'on en croit les réservations, les gens n'ont pas peur de reprendre l'avion. Elles augmentent de quasi 50% chaque semaine. On ressent clairement une envie de voyager, de découvrir d'autres pays, de sortir de la Belgique. "

Interrogé sur l'état d'avancement des négociations (une aide de l'État belge de 290 millions d'euros a été évoquée) en faveur de Brussels Airlines, le CEO s'est montré discret: "Ce sont des discussions difficiles. Nous prenons le temps qu'il faut. L'accord doit convenir au gouvernement, à Brussels Airlines et Lufthansa", la maison-mère de Brussels Airlines. "Parfois, les choses vont plus vite, d'autres fois un peu plus lentement. C'est normal. Il s'agit d'un financement complexe."

Les plus consultés