Une commission parlementaire se penchera sur le passé colonial de la Belgique

Un accord de principe est intervenu ce mercredi en conférence des présidents de la Chambre pour mettre en place une commission chargée de travailler sur le passé colonial de la Belgique, ont confirmé les chefs de groupe MR Benoît Piedboeuf et PS Ahmed Laaouej. Il n’est pas encore clair si ces débats auront lieu à l’intérieur d’une commission existante ou si une nouvelle commission sera créée à cet effet. Sa mission précise n’est pas encore fixée non plus, notamment en ce qui concerne les éventuelles excuses que le gouvernement fédéral ou le Roi pourraient présenter au peuple congolais.

Plusieurs statues du roi Léopold II ont été vandalisées au cours de la semaine dernière dans le prolongement des manifestations contre le racisme et les violences policières "Black Lives Matter", à la suite de l’homicide de l’Afro-Américain George Floyd aux Etats-Unis. Alors que la République démocratique du Congo célébrera le 30 juin le 60e anniversaire de son indépendance, des voix s’élèvent aussi pour réclamer que le gouvernement fédéral ou le roi Philippe présentent enfin des excuses au peuple congolais pour les abus et atrocités commis au cours de l’histoire coloniale belge.

Le président de la Chambre, Patrick Dewael (Open VLD, photo principale), avait annoncé vendredi sur Twitter son intention de proposer la mise sur pied d'une commission parlementaire "vérité et réconciliation". Cette proposition a fait consensus (à l’exception du Vlaams Belang) ce mercredi en Conférence de présidents, l'organe de la Chambre chargé de régler les travaux de l'assemblée. "Nous avons un accord de principe", a expliqué Benoit Piedboeuf à l’agence Belga. "Mais avec une demande de travail préparatoire à la commission des relations extérieures", a ajouté ajoute Ahmed Laaouej.

Concrètement, le président de la Chambre va écrire à la commission des Affaires étrangères qui devra définir le cadre de travail d'ici le 21 juillet, soit celui d'une commission spéciale, soit celui de travaux au sein même de la commission. "Avant d'ouvrir le débat politique, nous allons aussi demander à des experts une synthèse des différents travaux scientifiques afin de travailler sur une base historique solide", a ajouté Benoît Piedboeuf.

Le travail portera sur la période coloniale, soit jusqu'à l'indépendance du Congo le 30 juin 1960. Il inclura également le Rwanda et le Burundi, qui furent sous mandat belge jusqu’à leur indépendance en juillet 1962.