Dix centres de prise en charge des violences sexuelles opérationnels d’ici 2023

En 2023, la Belgique comptera dix centres de prise en charge des violences sexuelles, annonçait ce vendredi la ministre de l'Egalité des chances Nathalie Muylle (CD&V). Samedi dernier, le conseil des ministres a approuvé l'extension du dispositif. Le nombre de centres passera ainsi de 3 à 10 d'ici 2023.

Depuis 2017, il existe en Belgique trois Centres de Prise en charge des Violences Sexuelles, à Bruxelles, Liège et Gand. Ces centres sont reliés aux hôpitaux et offrent tous les services aux victimes de violences sexuelles. Les victimes peuvent s'y rendre pour des examens médicaux et des enquêtes médico-légales, le traitement de traumatismes, des conseils et, si la victime le souhaite, une assistance de la police et du parquet.

Outre le personnel médical, les centres collaborent avec des inspecteurs des mœurs des services de police, le magistrat de parquet attaché aux Centres de Prise en charge et un laboratoire d'analyse ADN désigné par le parquet. Il y a trois ans, deux personnes par jour franchissaient la porte de ces centres. Actuellement, elles sont en moyenne trois quotidiennement.

Pour répondre à ces besoins croissants, Nathalie Muylle a dégagé l'année dernière un financement permanent de 6 millions d'euros pour agrandir les trois centres existants et créer trois nouveaux centres à Charleroi, Anvers et Louvain. Les travaux d'élargissement sont en cours et les trois nouveaux centres pourront ouvrir leurs portes cette année.

La décision prise samedi en Conseil des ministres permettra la création d'ici 2021 de quatre centres supplémentaires. Ils seront installés en Flandre occidentale, dans le Limbourg, en province de Namur et en province de Luxembourg. En 2021, un budget de 13,5 millions d'euros sera prévu pour l'ensemble des Centres de Prise en charge, et à partir de 2023, ce budget passera à 17,8 millions d'euros.

Depuis octobre 2017, quelque 2.514 victimes ont déjà été aidées dans les Centres de Prise en charge des Violences Sexuelles (chiffres au 31 mars).

Les plus consultés