Frederik Delaplace est le nouvel administrateur-délégué de la VRT

Le gouvernement flamand a désigné, ce vendredi matin, Frederik Delaplace (photo) au poste d'administrateur délégué du service public flamand de radio et télévision. Sa nomination a été confirmée dans l'après-midi au cours d'une assemblée générale. Il entrera en fonction mi-août. Delaplace, qui dirige actuellement la maison d’édition Mediafin, succède à Paul Lembrechts, qui avait été remercié en début d’année à la suite d’un litige à la tête de la VRT dans le cadre des coupes budgétaires imposées par l'exécutif N-VA, CD&V, Open VLD au service public.  Delaplace estime que la VRT a un rôle important à jouer dans la société et que le personnel, tout comme les citoyens, peuvent être fiers de leur service public. 

Depuis le départ du CEO Paul Lembrechts début 2020, l'intérim était assuré par Leo Hellemans, ancien administrateur délégué de la maison (2014 à 2016). Âgé de 49 ans, Frederik Delaplace est actuellement CEO de Mediafin, l'éditeur des journaux De Tijd et L'Echo, et du magazine Sabato. Il avait auparavant été directeur des deux rédactions et rédacteur en chef du Tijd.

En dix ans de direction de la rédaction, Delaplace avait modernisé en profondeur le quotidien financier De Tijd, pour lui donner aussi une dimension multimédiale. En 2017, l’ancien journaliste succédait à Dirk Velghe à la tête de Mediafin, une entreprise qui emploie environ 200 personnes.

"Nous avons eu une bonne discussion avec plusieurs solides candidats", a souligné le ministre flamand des Médias, Benjamin Dalle. A côté de Frederik Delaplace, Peter Vandermeersch (ancien rédacteur en chef du journal De Standaard et actuel rédacteur en chef du quotidien néerlandais NRC) et Koen Clement (président de Studio 100, après avoir travaillé 20 ans pour De Persgroep et une maison d’édition néerlandaise) faisaient également partie du trio final.

"Frederik Delaplace est un manager jeune et dynamique qui a gagné ses galons dans le secteur des médias au Tijd et au sein de Mediafin. C'est quelqu'un qui peut vraiment préparer la VRT à l'avenir", a ajouté le ministre Dalle. Frederik Delaplace - le plus jeune des trois candidats - a beaucoup d’expérience dans le domaine des médias, pas encore dans la direction d’une maison de la taille de la VRT.

"Un projet pertinent, enthousiasmant et axé sur la technologie"

Au cours de la conférence de presse qu’il donnait ce vendredi après-midi à la VRT, le nouveau CEO a souligné qu’il souhaitait "lancer un projet qui puisse rassembler tout le monde. Les médias changent sans cesse. C’est la raison pour laquelle je veux définir plus clairement vers quel phare nous dirigeons la VRT".

Frederik Delaplace souhaite mettre en place "un projet pertinent, enthousiasmant et centré sur la technologie". Cette dernière est en effet essentielle pour transmettre à l’ensemble des citoyens la créativité du service public. Un service dont les Flamands peuvent être encore plus fiers, estime le jeune CEO. Un service qui a aussi un rôle important à jouer dans la société, notamment pour rassembler les citoyens et générer de la solidarité. Frederik Delaplace en veut pour exemple l’initiative de récolte de fonds et d’entraide "De Warmste Week" que la VRT anime depuis plusieurs années dans toute la Flandre à la période de Noël.

La tâche du nouveau CEO ne sera pas aisée, car la VRT devra faire des économies ces prochaines années : 12 millions d’euros d’ici 2024 indique le gouvernement flamand, ou plutôt 40 millions d’euros d’après les calculs de la VRT ? Mais Frederik Delaplace estime que le service public a l’obligation de bien gérer les moyens financiers qui lui sont alloués, d’autant plus qu’il s’agit des deniers des contribuables.

Enfin, Delaplace devra immédiatement entamer les négociations avec le gouvernement flamand pour l’élaboration d’un nouveau contrat de gestion pluriannuel, qui entrera en vigueur dès janvier 2021. Tant le ministre flamand des Médias, Benjamin Dalle (photo), que le président du conseil d’administration de la VRT, Luc Van den Brande, ont laissé entendre que le nouveau CEO pourra jouer une part active dans ces négociations.

Les plus consultés