James Arthur Photography

Erika Vlieghe à propos des rassemblements nocturnes : "Si on continue comme ça, cela va mal finir"

Les réactions négatives se sont multipliées ce week-end face aux rassemblements de centaines de personnes sans masque et sans respect des distances après la fermeture des cafés à Ixelles, Anderlecht et Hasselt. Erika Vlieghe, chef du département des maladies infectieuses de l'UZ Antwerpen et présidente du Groupe d’experts en charge du déconfinement se dit inquiète. "Ce n'est absolument pas approprié. Si on continue comme ça, cela va finir mal. Le virus semble loin de nous mais il est toujours bien présent", a-t-elle déclaré lors de l’émission "De ochtend" sur Radio 1 (VRT).

"Ces agissements ne correspondent pas du tout à ce qui était prévu. On ne montre plus les images de malades, d'infirmières qui travaillent dur. Mais le virus est toujours présent. Nous devons continuer à mettre la population en garde  qu'il y a toujours un risque et que nous devons tous poursuivre nos efforts. C'est un équilibre difficile à trouver entre, d'une part, le fait de profiter de notre liberté et, d'autre part, savoir que le virus est toujours là".

Mais si nous continuons comme ça, cela va mal finir. Nous devons à nouveau mieux nous informer. La nouvelle norme, ce n'est pas le "business as usual", comme notre vie d’avant".
 

Certaines grandes villes comme Ostende ou Louvain ont pris des mesures strictes

A Ostende, les personnes qui sortent et ne respectent pas les mesures de distanciation physique risquent de se voir interdire l'accès à certains endroits. C'est ce que déclaré le bourgmestre Bart Tommelein (Open VLD) en réponse aux incidents survenus le week-end dernier à Bruxelles.

À Louvain, aucun incident n'a été signalé ce week-end, a déclaré le bourgmestre Mohammed Ridouani (SP.A). "Nous sommes maintenant deux semaines après le confinement et tout va bien. Il y a du monde, c’est agréable, et nous sommes contents de cela aussi, car c’est une bonne chose pour le secteur horeca. Je dois dire que si on combine des mesures préventives suffisantes, une bonne communication et la surveillance par la police, ainsi que le personnel horeca, cela fonctionne très bien. Cela fonctionne pour Louvain, je ne dis pas que cela fonctionne pour d'autres villes, mais en ce qui nous concerne, j’espère que cela pourra continuer ainsi".
 

La zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles sanctionnera tout rassemblement

Le chef de corps de la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles, Michel Goovaerts, a annoncé dimanche sur Twitter que sa zone renforcera ces prochains jours son dispositif afin de faire respecter les règles de distanciation physique. "Cela veut dire que toute personne qui vient à se retrouver en infraction aux mesures édictées pour ralentir l'épidémie de coronavirus se verra recevoir un procès-verbal", a déclaré à l'agence Belga Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police. "Comme l'a déclaré le bourgmestre d'Ixelles, plus aucun rassemblement ne sera toléré", a-t-elle ajouté. Cette communication de la police et du bourgmestre d'Ixelles, Christos Doulkeridis (Ecolo), fait suite au rassemblement de centaines de personnes aux alentours de la place Flagey à Ixelles samedi soir.

"Nous rappelons à tous que les mesures prises en réponse à la crise sanitaire du coronavirus doivent être respectées. Nous veillerons au respect strict des règles. Les rassemblements comme ceux de samedi place Flagey à Ixelles ne sont pas autorisés. Faites preuve de bon sens", a déclaré la zone de police Bruxelles-Capitale/Ixelles via Twitter, peu après que le bourgmestre d'Ixelles a diffusé une communication similaire sur le même réseau social.

"Ni Ixelles ni toute autre commune ne peut accepter un tel non-respect des règles de distanciation physique que celui connu cette nuit", a-t-il affirmé. "C'est irresponsable sur le plan sanitaire et non respectueux des habitants de nos quartiers. Aucun événement ne sera toléré dès ce (dimanche) soir."
 

Pieter De Crem appelle au civisme

Le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, a appelé dimanche la population à faire preuve de civisme après les rassemblements constatés dans la nuit de samedi à dimanche à Ixelles et à Anderlecht.
Le ministre s'est concerté à ce sujet avec la Première ministre, Sophie Wilmès, et le ministre-président bruxellois, Rudi Vervoort.
"Tous sur la même ligne, de tels événements ne peuvent se produire pour le moment et mettent en danger les efforts importants fournis par la population. Appel à un sens civique absolu", a-t-il lancé sur Twitter.
 

Les plus consultés