Les sauveteurs à la Côte n’ont pas le droit de donner de l’oxygène aux victimes

Cet été, les sauveteurs qui surveilleront les plages de notre littoral n’auront pas le droit de donner de l’oxygène à un baigneur qui en aurait besoin. La réanimation bouche-à-bouche est de toute façon interdite en raison du risque d’infection au coronavirus, mais la législation belge interdit également aux sauveteurs de donner de l’oxygène aux victimes. Pourtant, ces sauveteurs ont reçu une formation pour pouvoir le faire.

La législation flamande stipule que les sauveteurs peuvent donner de l’oxygène à une victime, alors que la législation belge précise que c’est interdit à toute personne qui n’est pas un médecin ou qui n'exerce pas une profession paramédicale. Officiellement, un sauveteur n’est donc pas autorisé à administrer une aide respiratoire à un baigneur en danger.

"C’est terriblement contradictoire pour les sauveteurs", indique Karel Logghe de la Fédération flamande des secouristes côtiers. "Ils sont en effet formés pour sauver des gens et ont un devoir de vigilance spécifique pour sauver des vies".

L’épidémie de coronavirus oblige cet été les sauveteurs à venir en aide de façon différente aux personnes qui ont été sauvées de la noyade. Ils doivent utiliser une sorte de soufflet qui permet d’insuffler de l’oxygène. Une technique pour laquelle les sauveteurs reçoivent une formation supplémentaire.

"La législation flamande stipule clairement que les sauveteurs doivent pouvoir travailler avec cette sorte de soufflet", précise Karel Logghe. Mais selon les termes strictes de la loi belge, l’administration d’oxygène n’est autorisée que pour le personnel médical ou paramédical. Les sauveteurs doivent donc attendre l’arrivée d’une ambulance ou d’un médecin.

Radio 2

La baignade en Mer du Nord interdite jusqu'au 27 juin

Pour rappel, la baignade en Mer du Nord ne sera pas encore autorisée cette semaine, malgré les températures estivales annoncées. Les contrevenants s'exposent à une sanction administrative communale qui peut aller jusqu'à 250 euros. L'interdiction sera levée le 27 juin, lorsque les sauveteurs reprendront leur poste.

Les autorités de la côte sont conscientes qu'il sera difficile de faire respecter l'interdiction alors que le mercure devrait approcher les 30 degrés. "Des contrôles sont cependant toujours possibles", soulignait tout récemment le bourgmestre d'Ostende Bart Tommelein.

Les plus consultés