Anvers prévoit un réseau de canalisations d’eau non-potable pour se protéger contre la sécheresse

La métropole portuaire veut faire installer un réseau de canalisations pour l’eau non-potable. Cette eau proviendrait notamment de la rivière Het Schijn (un affluent de l’Escaut) et pourrait servir à arroser les parcs et approvisionner les fontaines. Anvers veut ainsi se préparer pour les périodes de sécheresse.

Les autorités communales veulent faire installer un réseau d’approvisionnement en eau non-potable et font actuellement analyser s’il est possible de placer des canalisations entre la rivière Het Schijn, à la Schijnpoort, et les parcs et fontaines situés à l’intérieur du périphérique anversois.

"La ville veut se préparer à une éventuelle pénurie d’eau engendrée par la sécheresse", explique l’échevin de l’Environnement Tom Meeuws (SP.A). "Nous avons largement assez d’eau, dont la qualité est suffisante pour les fontaines et les parcs".

"Nous utilisons 27 milliards de litres d’eau à Anvers, et il s’agit avant tout de l’eau du robinet. Or près de la moitié n’est pas utilisée comme eau potable et nous pourrions donc la remplacer par de l’eau de moins bonne qualité", indique l’échevin Meeuws.

Autour de la rivière Schijn, des millions de litres d’eau de pluie, d’égout et de rivière sont pompés chaque jour via le Lobroekdok dans l’Escaut. "Rien que là, il passe 80 millions de litres d’eau. Nous avons donc largement assez, et la qualité de cette eau-là est suffisante pour les fontaines et pour arroser les plantes".

Ces canalisations entre Het Schijn et le centre de la ville devraient pouvoir être aménagées en l’espace de 5 ans. A terme, la ville veut aussi faire analyser s’il serait possible de relier les habitants à ce réseau d’eau non-potable, qui pourrait notamment servir à chasser les toilettes dans les habitations.

L'Escaut à Anvers

Les plus consultés