Les magasins de vêtements enregistrent une perte de 1,2 milliard d’euros

En raison de la crise du nouveau coronavirus, le manque à gagner pour les chaînes d'habillement est de 1,2 milliard d'euros, estime la Fédération du commerce et des services Comeos. Les magasins en Flandre et en Wallonie se remettent mieux de la crise que ceux de Bruxelles, ces derniers étant davantage enfermés dans de grands centres commerciaux, qui font encore peur aux clients.

D'après la Fédération du commerce et des services Comeos, le chiffre d'affaires du mois de mars a chuté de 63%, soit de 373 millions d'euros. En avril, la baisse a été de 90% par rapport à la même période l'année précédente, soit de 591 millions d'euros. Une légère reprise a été constatée au mois de mai, avec la réouverture des magasins le 11 mai.

La différence sur le chiffre d'affaires était tout de même de 35%, ou 241 millions d'euros. Les données proviennent des membres de Comeos, dont les chaines de magasins H&M, Zara, C&A ou encore Footlocker.

"Au total, le manque à gagner des magasins de vêtements atteint 1,2 milliard d'euros jusqu'à la fin mai en raison du nouveau coronavirus", a résumé l'administrateur délégué Dominique Michel. "Si on fait le calcul sur les 5 premiers mois de l'année, on est 40% en dessous du chiffre d'affaires de l'an dernier. Cela ne pourra plus être corrigé cette année."

Meilleure reprise en Flandre

Si pendant les deux premiers mois du confinement les pertes étaient proportionnellement identiques dans les trois Régions, la reprise semble plus franche en Flandre. Au mois de mai, la baisse du chiffre d'affaires y était de 38%, contre 40% en Wallonie et 50% à Bruxelles.

L’économiste Wim Van Edom de Comeos explique la moins bonne reprise des chaines d’habillement à Bruxelles - par rapport à celle en Flandre et en Wallonie - au fait que "à Bruxelles tous ces magasins sont centralisés autour de la Rue Neuve et du centre commercial City 2. Une enquête menée auprès des consommateurs nous révèle qu’ils préfèrent actuellement les magasins installés le long de grandes routes et tentent d’éviter les rues commerçantes et certainement les centres commerciaux", par peur de contamination au coronavirus.

L’année 2020 semble donc perdue pour les chaînes d’habillement. Pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être, Comeos demande une prolongation du chômage temporaire pour force majeure jusqu'à la fin de l'année. Elle suggère aussi que le chèque consommation soit utilisable dans les commerces d'habillement.

Google Maps

Les plus consultés