Steve Debenport

"Le droit d’apprendre est la priorité, mais les écoles flamandes ne rouvriront qu’après une analyse du risque"

Dès le 1er septembre prochain, les écoles primaires flamandes seront ouvertes indépendamment des chiffres de contamination, les élèves du secondaire n’iront à l’école que 4 jours sur cinq. "Le droit d’apprendre est la priorité, mais les écoles flamandes ne rouvriront qu’après une analyse du risque et avec un code de couleurs", a indiqué le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA). En fait, les trois Communautés du pays se sont mises d'accord mercredi sur un plan commun pour la rentrée scolaire. 

Comme prévu, les élèves de l’enseignement primaire en Communauté flamande iront à l’école cinq jours par semaine. Cela ne changera pas même si les chiffres de contaminations devaient s’aggraver.
Dans l’enseignement secondaire, tous les cours reprendront normalement, mais l’enseignement à distance sera organisé un jour par semaine, en principe le mercredi. Une analyse du risque est toutefois nécessaire avant la réouverture des écoles, a expliqué le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts (N-VA).

Code de couleurs

Un code de couleurs a été mis au point pour les écoles, comme les feux de circulation: vert, jaune, orange et rouge. "Nous pouvons comparer cela avec les niveaux de la menace terroriste", a déclaré Ben Weyts. Au niveau vert le risque de contamination est pratiquement inexistant, au niveau jaune le risque est faible, au niveau orange le risque est modéré, et au niveau rouge le risque est élevé.

Si les courbes de l’épidémie du coronavirus restent telles qu'elles le sont aujourd'hui, les écoles commenceront par le code "jaune" en septembre. Cela signifie qu'il y aura encore des infections et que les contacts devront encore être limités.

Port du masque

Les étudiants de plus de 12 ans et le corps enseignant des écoles secondaires devront encore porter le masque s'ils ne peuvent maintenir une distance suffisante.

Dans les écoles primaires, cette "distanciation sociale" n'est nécessaire qu'entre adultes, et entre le personnel et les élèves au "code jaune". Le personnel ne doit porter un masque que si cette distance ne peut être garantie.

Plan commun pour les trois Communautés du pays

Les ministres de l'Education des Communautés française, flamande et germanophone ont annoncé lors d’une conférence de presse mercredi en fin d’après-midi s’être mis d'accord sur un plan commun pour l'organisation de la prochaine rentrée scolaire en fonction de l'évolution de la pandémie de Covid-19. "Le corona va rester une réalité, également à la rentrée prochaine. On a dès lors voulu un cadre précis pour les établissements, les élèves et les parents", a commenté Caroline Désir, la ministre francophone de l'Education.

Quatre scénarios sanitaires ont été élaborés avec des modalités propres concernant la présence des élèves en classe en fonction de leur groupe d'âge. Il s’agit des scénarios décrits ci-dessus par le ministre flamand Ben Weyts.

A noter aussi que c'est le Conseil national de sécurité qui décidera du passage d'une phase sanitaire à une autre. Les écoles disposeront du "temps nécessaire" pour adapter alors leur mode d'enseignement, mais sans délais précis. Le passage d'une phase à une autre pourrait toutefois être circonscrit à une zone géographique limitée si un foyer important devait être localisé dans une commune ou une région bien précise, sans généralisation donc à l'ensemble du pays. Des dispositions propres pour l'enseignement en alternance, ainsi que pour les académies d’art et de musique, ont également été arrêtées.

L'adoption de ce "plan de bataille" commun aux trois Communautés pour la prochaine rentrée scolaire tranche en tous cas avec les approches divergentes prônées par les trois Communautés fin avril, dès le début du déconfinement.

Les plus consultés