Cet été, préparez-vous à un (trop) plein de guêpes, mouches et moustiques

La douceur de l'hiver dernier explique un nombre apparemment plus élevé d'insectes adultes actifs en ce début d'été. Par ailleurs, la combinaison de la chaleur actuellement relevée et des récentes pluies procurent les conditions idéales au développement des mouches, moustiques et autres guêpes.

"Des températures de -10 degrés en hiver permettent une éradication des insectes mais ce ne fut pas le cas cette année", explique Frédéric Francis, professeur à Gembloux Agro-Bio Tech. "Les températures élevées et les dernières pluies vont oeuvrer à une accélération du cycle biologique", poursuit le Pr. Francis.

"Dans le cas du moustique, on constate un cycle de trois semaines avec une température de 22 degrés. Si le thermomètre monte à 30 degrés, la durée du cycle se réduit. Et lorsqu'on sait qu'une femelle pond de 20 à 30 oeufs par jour, ça devient vite exponentiel."

Pas de maladies pour autant

Un phénomène semblable va se passer avec les mouches et les guêpes. Ce qui est observable en début d'automne, sera déjà présent en été. Il ne faut par contre pas craindre un plus grand risque de transmission de maladies, comme celle véhiculée par le virus Zika (entraînant fièvre, maux de tête, éruption cutanée, fatigue, douleurs musculaires et articulaires...), par exemple. "La Belgique ne se situe pas en zone endémique", rappelle Frédéric Francis. "En outre, les moustiques ne transmettent pas tous de maladie."

Pour ce qui est des moustiques du sud, notre pays n'est actuellement pas contaminé. "Toutefois, si plusieurs hivers doux devaient se succéder, il faudrait rester attentif parce que ce type de moustiques, qui ne survivent normalement pas à nos saisons froides, pourraient alors rester actifs."

Bon pour l’écosystème

D’après l’entomologiste de l’Institut royal des Sciences naturelles, Wouter Dekoninck, cette tendance à la prolifération des insectes se confirme ces dernières années, car les conditions s’améliorent pour les insectes.

Il souligne toutefois que les insectes jouent un rôle important dans notre écosystème. "Ce n’est donc pas spécialement une mauvaise nouvelle. Et par l’intermédiaire de petites interventions, il vous est possible de ne pas trop être ennuyé par la présence de ces insectes", conclut-il.