La Justice européenne exige une évaluation environnementale pour des éoliennes

L'installation de cinq éoliennes le long de l'autoroute E40 à Aalter et Nevele, en Flandre orientale, nécessite une évaluation environnementale préalable. La Cour de justice de l'Union européenne a tranché ce jeudi dans un litige qui oppose des riverains à la Région flamande.

Ces riverains, opposés à l'installation du parc éolien, cherchent à faire annuler le permis d'urbanisme délivré fin 2016 par le fonctionnaire flamand de l'aménagement du territoire sur base d'un arrêté gouvernemental et d'une circulaire. Ils invoquaient notamment l'absence d'une évaluation environnementale préalable, indispensable selon eux au regard d'une directive européenne en la matière.

La haute juridiction européenne leur a donné raison. Il revient maintenant au Conseil du contentieux des permis - une juridiction administrative flamande - de décider de l'avenir du projet.

Il pourrait ne pas être suspendu ni annulé si le Conseil juge, pour des considérations impérieuses d'intérêt général, qu'il est indispensable à l'approvisionnement en électricité, considère la Cour.

Nicolas Maeterlinck

En Brabant flamand aussi

En Brabant flamand aussi, l’installation d’un parc éolien le long de l’autoroute E40 est contestée. En décembre dernier, la ministre flamande à l’Energie, Zuhal Demir, refusait une demande de permis environnemental pour 16 éoliennes le long de l’autoroute dans les communes de Bierbeek, Boutersem, Tirlemont et Hoegaarden. Les communes concernées avaient aussi déjà donné un avis négatif.

Elles estimaient notamment que les nuisances sonores provenant des éoliennes n’avaient pas été suffisamment étudiées pour ce projet. "Les administrations communales ne sont pas opposées dans le principe à l’énergie renouvelable, au contraire, mais elles souhaitent que les projets soient équitables et réalistes", précisait la députée flamande Allessia Claes (N-VA) en décembre 2019.

Les plus consultés