IMAPICTURES_IVO HENDRIKX

Un chevreuil tué par des chiens sans laisse sous les yeux du photographe : "Cette agonie me poursuivra toujours"

"Meurtre sur un terril", un reportage photo réalisé par le journaliste et photographe Ivo Hendrikx, fait fureur sur les réseaux sociaux ce jeudi. Quelques heures après sa parution en ligne, il avait déjà été consulté plus de 2.000 fois et partagé. Et les réactions indignées se multipliaient. Le photographe a pu prendre en détails des images de deux chiens qui couraient librement dans le domaine limbourgeois de l’ancien charbonnage de Winterslag et qui mordaient à mort un jeune chevreuil. "Les cris de l’animal ressemblaient aux pleurs d’un bébé. Cette agonie me poursuivra encore pendant très longtemps", témoignait Ivo Hendrikx sur Radio 2 Limbourg.

Ivo Hendrikx se spécialise dans les reportages photos en pleine nature et depuis le début du confinement il passe en général plusieurs heures chaque matin dans le domaine minier de Winterslag (Limbourg), pour y photographier la nature qui se réveille. A côté de scènes touchantes, il a aussi déjà été témoin d’aspects plus noirs de la nature. "Cela fait partie du travail. Si le jeune chevreuil avait été attaqué par un loup, j’aurais estimé que c’était la nature à l’état brut. Mais pour les chiens qui ne sont pas tenus en laisse par leur propriétaire, c’est différent. Ils ne sont pas à leur place dans une zone naturelle", estime Hendrikx.

"J’observais cette famille de chevreuils depuis quelques temps déjà. Ce matin, vers 8h30, j’ai pu voir depuis la cabane où j’étais caché comment la mère et ses deux petits étaient attaqués par deux chiens qui couraient sans laisse. Alors que l’un des petits se faisait dévorer par les chiens, leur maitre est arrivé. Il semblait n’avoir aucun contrôle sur ses chiens. Je suis descendu de ma cachette en courant et en criant, mais c’était trop tard".

Après avoir pris des photos de l’incident, le photographe a parlé au propriétaire des chiens. "Mais celui-ci semblait trouver normal que ses animaux de compagnie puisse courir librement dans la nature. Il était assez insolent, mais a tout de même fini par passer la laisse autour du cou de ses chiens. Ce qui prouve qu’il se doutait bien que quelque chose n’était pas correct. Mais c’était trop tard bien entendu".

Ivo Hendrikx est inquiet : "La prochaine fois, ses chiens attaqueront peut-être un enfant qui joue".

Le bourgmestre Wim Dries (CD&V) a fait savoir, dans une brève réaction, qu’il regrettait cet incident. Dans la ville de Genk, il est interdit de laisser courir librement des chiens sur le domaine public. Mais comme le terril de Winterslag est un domaine privé, le contrôle du respect de cette règle n’est pas aisé, précise le bourgmestre.

foto: Ivo Hendrikx

Les plus consultés