Arterra / Philippe Clément

La commune de Saint-Nicolas veut modifier le nom de son avenue Léopold II

La commune de Saint-Nicolas (photo) située en Flandre orientale va changer le nom de son avenue Léopold II. Des voix s’élèvent de longue date pour effectuer ce changement, et elles se sont renforcées depuis le débat entrepris sur la mémoire du colonialisme en Belgique. Une proposition en ce sens a été approuvée ce vendredi soir au conseil communal. Initiée par la coalition au pouvoir (N-VA, Groen et Open VLD) et par le CD&V dans l'opposition, elle a été adoptée à l'unanimité.

"Un changement de nom avait déjà été évoqué à plusieurs reprises au cours de ces deux dernières décennies, mais pour des raisons pratiques ou de principe, cela n'a jamais été concrétisé. Après la mort de George Floyd à Minneapolis, le sujet est revenu sur la table et aujourd'hui une majorité a pu se prononcer en faveur d'une telle modification", explique le bourgmestre Lieven Dehandschutter (N-VA).

L'avenue est une artère importante de la ville, proche de la gare et comptant l'une ou l'autre enseigne commerciale. Les autorités communales ne peuvent encore dire quand le changement de nom aura lieu. La future appellation n'est d'ailleurs pas encore connue.

"Nous entendons déjà plusieurs suggestions, notamment des noms de personnalités ayant lutté en faveur de l'égalité, comme Nelson Mandela. Mais ce sera à la commission des noms de rue de trancher. Les riverains seront certainement consultés, mais j'ignore encore sous quelle forme. Le conseil communal s'appuiera sur la proposition de la commission pour retenir un nom", conclut Lieven Dehandschutter.

L’administration communale va aussi étudié si les habitants et commerces situés sur cette avenue doivent recevoir une compensation pour le changement de nom de rue.

Louvain retire une statue de Léopold II de son hôtel de ville

Vendredi, la Ville de Louvain annonçait aussi déjà avoir retiré une statue de Léopold II de la niche de l'hôtel de ville (photo). Ce retrait fait partie d'une réflexion plus large sur la décolonisation, en plein débat sur la mémoire du passé colonial belge.

Avec le retrait de la statue de l'ancien roi, qui a d'abord colonisé le Congo pour sa propriété personnelle, l'administration communale de Louvain (chef-lieu du Brabant flamand) souhaite clarifier l'histoire de la colonisation pour les générations actuelles et futures. "Il s'agit d'une petite partie du trajet de décolonisation entamé il y a plus d'un an", expliquent les échevines de la Diversité, Lalynn Wadera, et de la Politique mondiale, Lies Corneillie.

"Nous prenons soin de notre passé et de notre patrimoine, mais nous souhaitons les présenter dans la bonne perspective", souligne l'échevin du Patrimoine immatériel, Carl Devlies. "La statue a été retirée par un expert et sera conservée à l'hôtel de ville."

La commune souhaite également ajouter de nouveaux symboles dans l'espace public. Un projet est mené autour d'Augusta Chiwy, dont le père était belge et la mère congolaise. Une rue a été nommée en son honneur. Elle avait suivi des études d'infirmière à Louvain et s'était occupée de victimes de la Seconde Guerre mondiale à Bastogne. "Son nom résonne à peine dans notre mémoire collective. Cela doit changer. Avec une rue à son nom, nous rendons hommage non seulement à Augusta Chiwy mais aussi à tous les Congolais oubliés", relève Lies Corneillie.

Pour rappel, la ville de Gand retirera de l’espace public ce 30 juin, date du 60e anniversaire de l’Indépendance du Congo, une statue de Léopold II installée dans son Zuidpark et qui a récemment été dégradée. D’autres villes de Flandre envisage des initiatives similaires.

Les plus consultés