Chargement lecteur vidéo ...

Le violeur en série de l’ULB condamné à 12 ans de prison

Le tribunal correctionnel de Bruxelles a reconnu ce mardi matin un homme de 44 ans coupable de toutes les préventions de viol, d'attentat à la pudeur et de menace pour lesquelles il était poursuivi. Il l'a condamné à 12 ans de prison, ainsi qu'à cinq ans de mise à disposition du tribunal de l'application des peines (TAP). Cet ancien chauffeur de la société de transports en commun bruxelloise Stib avait approché plusieurs étudiantes de l'Université libre de Bruxelles (ULB) qui sortaient de fêtes, en rôdant autour des campus après son service à la Stib, entre 2016 et 2019. Il les avait séquestrées dans sa voiture et avait abusé d'elles sexuellement.

Le tribunal a établi que l’ancien chauffeur de la Stib a agi comme un véritable prédateur sexuel, avec toujours le même modus operandi - il a agi la nuit, a utilisé une voiture, se faisant passer pour un chauffeur de taxi Collecto en gardant son uniforme de la Stib, a ciblé des jeunes femmes sous imprégnation de l'alcool, leur a confisqué leur téléphone et les a entraînées dans des endroits déserts comme une rue sombre ou l'orée d'un bois - et a considéré qu'il représente un danger social.

Il a estimé chaque prévention établie et a donc reconnu l’homme coupable sur toute la ligne. Il a tenu compte des aveux très partiels de l'intéressé, concluant à une absence de remise en question de sa part.

Le tribunal a dès lors considéré que seule une peine extrêmement sévère devait être prononcée. Le coupable écope de 12 ans de prison et de cinq ans de mise à disposition du TAP. Le tribunal a par ailleurs accordé des indemnités aux deux des neuf victimes qui se sont constituées partie civile, à hauteur de 25.000 euros pour l'une et de 5.000 euros pour l'autre.

Il a également accordé des indemnités de 5.000 euros aux parents de l'une d'elles, de 1.250 euros à la sœur, mineure et représentée par son père, de cette même victime, et enfin des indemnités de 15.000 euros à la Stib, dont l'image a été ternie du fait des agissements du coupable.

Les plus consultés