Le SP.A ne veut pas encore négocier avec les 6 partis de la coalition "Arizona"

La réunion des six partis susceptibles de former une coalition "Arizona" (MR, Open VLD, CD&V, SP.A, N-VA et CDH) n'aura finalement pas lieu ce lundi après-midi comme le souhaitaient les présidents des trois partis du gouvernement. Le SP.A comme le CDH estiment qu’il est encore trop tôt.

Pour le SP.A, cela ne correspondait pas à l'entretien qui a eu lieu ce week-end avec les trois présidents, tandis que le CDH a fait savoir que les conditions n'étaient pas réunies. Les président du MR, de l'Open VLD et du CD&V poursuivront leurs entretiens bilatéraux, a indiqué le patron des chrétiens-démocrates flamands, Joachim Coens.

"Pas d'achat les yeux fermés"

Le président de la SP, Conner Rousseau, voulait d’abord rencontrer séparément les présidents du CD&V, de l'Open VLD et du MR. "C'est ainsi que cela avait été convenu ce week-end", affirme-t-on au SP.A. Les socialistes flamands attendent d'abord une réponse à leur propre note de priorités. "Ils (les partis du gouvernement, ndlr) ne respectent pas l'accord et ne font aucune tentative sérieuse de suivi ce week-end. Nous refusons de faire "un achat les yeux fermés".

Les conditions ne sont pas remplies pour la CDH

Les conditions pour entamer des négociations dans une configuration "Arizona" en vue de former un gouvernement fédéral ne sont pas remplies à ce stade, a fait savoir le CDH à l'issue de son Bureau politique. Les centristes suggèrent aux présidents des trois partis gouvernementaux (MR, Open Vld, CD&V) de postposer la réunion plénière prévue en début d'après-midi et de reprendre contact de manière plus approfondie et respectueuse avec toutes les parties.

"Comme il l'a dit depuis longtemps, le CDH veut être constructif pour qu'une solution puisse enfin être trouvée afin de doter ce pays d'un gouvernement et d'un plan de relance dont il a cruellement besoin. Nous restons donc, sur le principe, disponibles pour une réunion de cet acabit. Le temps des exclusives est révolu, dès lors que ce sont ces exclusives qui ont précipité le pays dans la crise politique depuis plus d'un an", explique le parti.

Le CDH déplore toutefois "le manque de sérieux avec lequel il a été considéré" et "s'interroge aussi sur la méthode suivie par le trio présidentiel".
 

Les plus consultés