AFP or licensors

Une résolution de la Belgique pour une aide de l'ONU à la population syrienne se heurte au veto de la Russie

La Russie et la Chine ont mis mardi leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU à un prolongement pour un an et via deux points d'entrée en Syrie du dispositif transfrontalier d'aide humanitaire à la population, selon des diplomates. La résolution proposée à un vote écrit des membres du Conseil de sécurité était portée par l'Allemagne et la Belgique, deux membres non permanents.

Lors des négociations, la Russie avait demandé une extension du dispositif pour seulement six mois et que ne soit gardé qu'un seul point d'entrée en Syrie contre deux actuellement, selon des diplomates. Les 13 autres membres du Conseil de sécurité ont voté en faveur du texte germano-belge, selon les mêmes sources.

A peine le résultat du vote officialisé, la Russie a proposé au Conseil son propre texte, comprenant donc une extension de six mois de l'autorisation onusienne, avec un seul point d'entrée en Syrie, sur la frontière avec la Turquie, a précisé à l'AFP un diplomate.

Le résultat de ce nouveau vote demandé par Moscou sera connu mercredi en fin d'après-midi.

L'autorisation transfrontalière existe depuis 2014. En janvier, la Russie, premier soutien au régime de Bachar el-Assad, avait déjà fait réduire le dispositif, passé de quatre points d'entrée dans le pays à deux. La durée de l'autorisation, qui était jusqu'alors d'un an renouvelable, avait été limitée à six mois, également sous la pression de Moscou.

Les plus consultés