Rencontre entre le président du SP.A et les négociateurs fédéraux : "Ce n'est ni un échec, ni un succès"

Le président du SP.A, Conner Rousseau, a rencontré ce jeudi matin les présidents du MR, de l’Open VLD et du CD&V, Georges-Louis Bouchez, Egbert Lachaert et Joachim Coens. Une rencontre importante en vue de la formation d'un nouveau gouvernement fédéral. Mais il n'y a toujours pas d’accord. "On ne peut parler ni d'échec, ni de succès. Les pourparlers se poursuivent", est l'une des rares réactions que nous avons pu recueillir après la rencontre.

Le trio essaie toujours de mettre sur pied une coalition fédérale avec trois autres partis: la N-VA, le CDH et le SP.A, mais sans le P.S. Lundi, le trio souhaitait organiser une première réunion plénière. Mais celle-ci n'a pas pu se tenir, après les refus successifs des socialistes flamands et du CDH. Le ton est monté entre les potentiels partenaires, exception faite des nationalistes flamands de la N-VA, restés muets.

Mardi, le président du CDH Maxime Prévot a été reçu pendant plus de trois heures par le trio d'informateurs.

Mercredi matin, le SP.A a indiqué qu'il ne fermait pas définitivement la porte à cette formule. Le parti réclame toutefois des garanties sur papier sur trois exigences de base, qui font partie de son "New Social Deal" : des mesures en faveur du pouvoir d'achat (augmentation des bas salaires, des pensions), des investissements structurels dans le secteur des soins de santé (au-delà des 600 millions d'euros déjà mobilisés par le fédéral) et une "fiscalité plus juste", incluant une contribution plus importante des grands revenus.

Le président du SP.A. avait insisté pour obtenir une nouvelle rencontre avec les présidents des trois partis. Cette réunion a eu lieu ce matin mais n’a pas abouti à une percée. "Face aux médias, les négociateurs ont choisi la discrétion. Ce n’est ni un échec ni un succès. C'est le seul petit commentaire que nous avons pu obtenir", a déclaré notre collègue Johny Vansevenant, journaliste politique à la VRT. "Les pourparlers entre le SP.A et les trois présidents vont se poursuivre. Ils veulent maintenant éviter toutes les fuites. Il y a donc encore de l'espoir, mais apparemment ce n'est pas facile".
 

Les plus consultés