Archieffoto

Nouveaux rassemblements de jeunes fêtards à Knokke après la fermeture des bars

La police de Knokke-Heist (Flandre occidentale) partage la proposition du secteur horeca de prolonger l’ouverture des cafés de la cité balnéaire. Actuellement, les établissements doivent fermer - comme dans le reste du pays - à 01h00 du matin, mais les fêtards qui restent rassemblés sur l'Alfred Verweeplein causent des nuisances et contreviennent aux règles de sécurité liées au coronavirus. La police doit intervenir en masse tous les soirs.

Steve Desmet, le chef de corps de la police est convaincu qu'une heure de fermeture plus tardive permettrait d’étaler le retour des fêtards. Selon lui, une fermeture aux alentours de 03h00 du matin permettrait aux fêtards de sortir de façon progressive des établissements, et non tous au même moment comme c'est le cas actuellement.

Afin de pouvoir contrôler les jeunes, la police locale de Knokke a reçu, depuis quelques jours, des renforts de ses collègues fédéraux et néerlandais ,ce fut encore le cas la nuit dernière.

"L'atmosphère était détendue, mais toujours avec un ton agressif envers la police. Nous avons pu gérer la situation avec nos collègues, et le calme est revenu à 2 heures du matin. Mais si nous n'avions pas été là, la situation aurait encore dégénéré comme au début de la semaine", affirme Steve Desmet.

Si la nuit de mercredi est restée relativement calme. Durant la nuit de jeudi à vendredi, la police a, à nouveau, dû procéder à cinq arrestations administratives. Trois mineurs néerlandais étaient concernés.

La décision de maintenir les cafés ouverts plus longtemps doit être prise par le Conseil national de sécurité.
 

Les plus consultés