Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4%, le masque désormais obligatoire quasiment partout

Le nombre moyen quotidien d'infections a augmenté de 4% durant les sept derniers jours, selon les données publiées sur le site internet de l'Institut de santé publique Sciensano. Les autres indicateurs continuent, eux, de diminuer. La hausse est surtout marquée dans la province d’Anvers. Dès ce samedi, l’obligation de porter le masque entre en vigueur dans de très nombreux endroits.

Comme depuis quelques jours, le nombre moyen de nouvelles infections a encore augmenté. Du 1er juillet au 7 juillet, la période la plus récente pour laquelle il existe des chiffres consolidés, il y a ainsi eu en moyenne 84,3 infections par jour, soit 4% de plus que pendant la période précédente de sept jours.

L'augmentation est principalement marquée en province d'Anvers, avec 41 nouvelles infections, et se manifeste surtout dans la catégorie d'âge des 20-29 ans (+14 infections, soit une augmentation de 47%) et des 50-59 ans (+21 infections, soit une hausse de 68%).

Au niveau national, les deux dernières semaines ont vu "une stabilisation à une légère augmentation du nombre de nouvelles infections", soit entre 80 et 85 nouveaux cas par jour, analyse Sciensano, selon qui la plupart d'entre elles surviennent actuellement dans la population active (20-59 ans). Les autres indicateurs sont en baisse.

Le nombre d'admissions à l'hôpital est passé d'une moyenne de 11,1 à 10,1 (-9%), pour un total de 17.874 depuis le 15 mars. Au cours de la période du 4 juillet au 10 juillet, 71 cas de Covid-19 confirmés en laboratoire ont été hospitalisés et 105 personnes ont quitté l'hôpital. Vingt de ces admissions provenaient d'une maison de repos/et de soins ou d'un autre établissement de soins de longue durée.

Le 10 juillet, 143 lits d'hôpital, dont 32 en unité de soins intensifs, étaient occupés. Parmi eux, quinze patients nécessitaient une assistance respiratoire et 1 une oxygénation par membrane extracorporelle (ECMO). Si, au cours des sept derniers jours, le nombre total de lits d'hôpital occupés a diminué de 25 (-15%), le total de ceux occupés en soins intensifs, de 32 unités, est resté constant.

La moyenne des décès sur sept jours a, elle, reculé de 48%, passant de 4,7 à 2,4, à en croire les données de Sciensano. Le virus a déjà coûté la vie à 9.782 personnes dans le pays - soit une de plus qu'il y a 24 heures -, dont 4.905 (50%) provenaient de Flandre, 3.390 (35%) de Wallonie et 1.487 (15%) de Bruxelles.

Il y a désormais un total de 62.469 cas confirmés de coronavirus en Belgique, soit 112 de plus que le chiffre rapporté vendredi. Pour 100.000 habitants, il y a eu 10,1 cas au cours des deux dernières semaines. Depuis début mars, quelque 961.797 tests ont été effectués en laboratoire.

Masque obligatoire

Le port du masque, déjà obligatoire dans les transports en commun, est imposé depuis ce samedi dans les magasins, centres commerciaux, cinémas, salles de spectacle ou de conférence, auditoires, lieux de culte, musées, bibliothèques, casinos, agences bancaires ou encore dans les bâtiments de justice. La liste pourrait encore s'allonger en fonction de l'évolution de la situation sanitaire.

La décision a été prise lors d'un Comité de concertation qui s'est réuni jeudi en fin de journée en présence des membres du Groupe d'experts en charge de l'exit strategy (GEES). Les citoyens qui ne respecteront pas l'obligation de port du masque dans les situations précitées s'exposent à une amende de 250 euros. Les établissements qui enfreindraient les règles de manière répétée risquent eux jusqu'à 750 euros, voire une fermeture.

Du côté des commerces, on ne compte cependant pas jouer les agents de police, ont souligné les fédérations du secteur telles que Comeos et l'UCM, insistant sur la responsabilité des clients. Le port du masque était déjà obligatoire dans un nombre limité de situations, comme les transports en commun ou lors de l'exercice de profession avec contacts rapprochés (coiffure, etc.).

Les masques ne sont par contre jamais obligatoires pour les enfants de moins de 12 ans. Des dispositions particulières sont également prévues pour les personnes qui ne peuvent pas porter un masque pour des raisons médicales.

Les plus consultés