Egbert Lachaert à propos de la sortie de Bart De Wever : "Envoyer des Scuds dans les médias n’apporte rien"

"Nous avons jusqu’à jeudi pour tenter de trouver un accord sur le dossier de l’avortement" a déclaré le président des libéraux flamands Egbert Lachaert, au micro de la VRT-radio.Les partis de gauche et les libéraux veulent assouplir la loi sur l’interruption volontaire de grossesse mais cela pose un problème au CD&V et à la N-VA. Egbert Lachaert comprend cela mais n’apprécie pas la nouvelle sortie de Bart De Wever. Il prévient que faute d'accord sur la proposition de loi, les députés de son parti seraient libres de leur vote, ouvrant la voie à l'adoption souvent retardée de ce texte.

Egbert Lachaert répondait ainsi à son homologue de la N-VA, Bart De Wever, qui a fait samedi de la question de l'avortement un point de rupture dans le processus de formation d'un gouvernement fédéral.

"Cela (l'IVG) n'a rien à voir avec le gouvernement de relance socio-économique dont notre pays a tant besoin", a souligné le président des libéraux flamands.

La Chambre pourrait être appelée à se prononcer jeudi sur la proposition de loi co-signée par les socialistes, les libéraux, les écologistes, DéFI et le PTB. Le texte prévoit ainsi que le délai dans lequel une interruption volontaire de grossesse peut être réalisée passe de 12 à 18 semaines de grossesse, le délai de réflexion est réduit à 48 heures et l'IVG est totalement dépénalisée, sous réserve d'une qualification de coups et blessures si les conditions ne sont pas respectées.

Mais le CD&V, la N-VA et le Vlaams Belang sont farouchement opposés à cette proposition de loi.

Bart De Wever en a même fait un point de rupture dans les négociations en cours en vue de la formation d'une coalition dite "Arizona" au fédéral et rassemblant le MR, l'Open VLD, le CD&V - qui siègent dans l'actuel gouvernement minoritaire - ainsi que la N-VA, le SP.A et le CDH.

Nous avons travaillé de manière constructive (...) mais la sortie de Bart De Wever brise cette sérénité.

"Nous avons travaillé de manière assez constructive à la formation de la coalition Arizona", déclare le président des libéraux flamands. "Les chefs de cabinet rédigent presque chaque jour un texte qui est devenu un mini-accord gouvernemental dans les deux langues. Nous devons pouvoir continuer à travailler dans la discrétion et la tranquillité d'esprit. C'est pourquoi je ne comprends pas la sortie de De Wever. Elle brise cette sérénité".

"Ce n'est pas que je ne comprenne pas ses sensibilités" ajoute Egbert Lachaert, "mais les libéraux sont parfaitement capables d'en parler avec les démocrates-chrétiens et de se démarquer. Envoyer des missiles Scuds dans les médias n’apporte rien. J'espère que cela n’arrivera qu’une seule fois".

Les plus consultés