Un mini-festival se transforme en soirée dansante sans respect des mesures barrières

Ce dimanche à Liezele, près de Puurs-Sint-Amands (Anvers), un grand groupe de fêtards a enfreint les règles de sécurité. Les organisateurs d’un mini-festival limité à 375 personnes avaient reçu l'autorisation de la commune mais, à un certain moment, le public a commencé à danser, ce qui n'était pas prévu", a expliqué Koen Van den Heuvel (CD&V), le bourgmestre de Puurs-Sint-Amands.

"Les organisateurs avaient introduit une demande pour un mini festival qui est passé comme événement", explique Koen Van den Heuvel. "C'était un événement avec moins de 400 personnes en plein air, sur une grande surface. On vérifiait la température des participants à l'entrée, il y avait du gel désinfectant pour les mains disponible partout et les directions à suivre avaient été fléchées".
"Mais à un moment donné, les spectateurs ont quitté leur table et ont commencé à danser les uns près des autres sur la scène. Ce qui n'était absolument pas prévu. Ce festival était un test. Nous voulions donner une chance aux organisateurs d'événements, mais de cette façon, ils se tirent une balle dans le pied. Pour la commune, cela ne pourra plus se reproduire".

La police était présente sur place, mais a estimé qu'elle n'avait pas assez de moyens pour arrêter l'événement. En août, une deuxième édition était normalement prévue, mais la commune ne l'envisage plus.
 

Chargement lecteur vidéo ...

Les plus consultés