CLI

La décision de poursuivre ou non le déconfinement reportée au 23 juillet

Le possible assouplissement des mesures prises pour lutter contre la propagation du coronavirus sera évoqué le jeudi 23 juillet prochain lors d'une nouvelle réunion du Conseil national de sécurité (CNS), a annoncé mercredi midi la Première ministre Sophie Wilmès (MR).

Réuni depuis 8 heures ce mercredi matin, le Conseil national de sécurité devait décider de la marche à suivre pour la suite du déconfinement en Belgique. Sur la table, figuraient plusieurs points importants qui devaient être abordés dans le cadre de la cinquième phase du déconfinement qui doit démarrer en août, notamment tout ce qui concerne le secteur événementiel et les activités de la vie nocturne.

La Première ministre Sophie Wilmès (MR) a tout d'abord voulu revenir sur les nouvelles règles concernant le port du masque. Elle a expliqué les raisons qui ont poussé le gouvernement à imposer le port du masque qui, auparavant, n'était que "vivement recommandé" dans les endroits publics. "Nos interactions se sont indéniablement démultipliées et notre attention a pu se relâcher", a expliqué la Première ministre. C'est ce qui a poussé le GEES (groupe d'experts chargés du déconfinement) à changer ses recommandations. S'en est suivie une adaptation des règles dans la soirée. 

Si la tendance actuelle se confirme la semaine prochaine, les règles ne seront pas assouplies en août.
Sophie Wilmès

"Depuis le début de ce mois-ci, nous constatons que le nombre de contaminations est à la hausse", a regretté Sophie Wilmès. "Le taux de reproduction est également au-dessus de 1, ce n'est pas bon. C'est pourquoi nous suivons de très près l'évolutions épidémiologique. La décision d'aller vers une nouvelle phase est toujours prise quelques heures avant le début de cette nouvelle étape. Ce n'est donc que la semaine prochaine (jeudi 23 juillet) que les autorités donneront leur feu vert ou non au début de la phase 5 du déconfinement. Pour le moment, il n'y a aucun changement. En ce qui concerne les contacts personnels, nous restons donc toujours sur la règle des 15 contacts, par semaine, en dehors de son propre foyer".

Le secteur de la nuit devra encore attendre

"Les secteurs qui sont encore à l’arrêt attendaient une décision", a ajouté la Première ministre. "Cela concerne, par exemple, la reprise des activités de la vie nocturne qui reste très sensible sur le plan sanitaire. En effet, ces activités sont considérées comme étant – ce qu’on appelle - des Superspeader Events , c’est-à-dire des événements "superinfecteurs" pour reprendre les termes épidémiologiques."
Pour la Première ministre "ce n'est qu'au moment où la situation sanitaire serait réellement stabilisée qu'une reprise de ce secteur pourrait être envisagé".

"En cas de deuxième vague, la Belgique est prête"

La Première ministre a encore assuré que la Belgique se préparait à une potentielle deuxième vague de la pandémie. "La Belgique d'aujourd'hui n'est plus celle de février (au début de l'épidémie)", a-t-elle affirmé en insistant sur l'expertise "impressionnante" acquise entre-temps et sur la coopération inédite qui s'est instaurée entre les différents niveaux de pouvoir.

En matière de testing, la Belgique figure dans le "top 10 mondial" par million d'habitants, s'est-elle réjouie en annonçant le maintien de cette capacité à 30.000 à 45.000 tests journaliers en septembre et davantage en octobre.
Le stock stratégique de masques comprendra fin août 200 millions de masques chirurgicaux, 33 millions de FFP2 et cinq millions supplémentaires de masques en tissu - en plus de ceux disponibles en pharmacies.

Les plus consultés