La chambre du conseil décide de renvoyer Alexandru C. devant la cour d'assises

L’homme à l’anorak bleu, Alexandru C. répondra de l'assassinat de Sofie Muylle devant une cour d'assises, a tranché vendredi la chambre du conseil de Bruges. Le suspect a toujours nié l'assassinat, raison pour laquelle la défense réclamait un procès correctionnel pour viol. La chambre des mises en accusation de Gand devra confirmer cette décision.

Alexandru C., de nationalité roumaine, avait été interpellé le 26 juin 2017 en Roumanie, en exécution d'un mandat d'arrêt européen.

Le corps de la victime a été retrouvé le dimanche 22 janvier 2017 à 12h20 sur la plage de Knokke, sous une terrasse de la digue. Les premières conclusions du médecin légiste indiquaient que Sofie Muylle avait été violemment tuée pendant la nuit.

Sur des images de caméras de vidéosurveillance, on voyait l'homme circuler pendant des heures à proximité du corps de la victime. Son ADN a également été relevé sur le cadavre mais le suspect continue de nier être le tueur. La défense s'appuie sur un rapport d'experts du tribunal pour argumenter qu'il n'y a peut-être pas eu assassinat. Selon ce rapport, la victime aurait perdu la vie en raison d'une hypothermie.

Le suspect est également poursuivi pour viol

Outre l'assassinat de la jeune femme, Alexandru C. est également poursuivi pour viol, torture et agression ayant entraîné la mort. Le parquet avait demandé que le suspect réponde devant la cour d'assises pour meurtre et pour viol avec torture.

La Chambre du conseil a examiné le dossier pour la première fois en juin, mais la défense avait alors demandé un délai pour transmettre ses arguments par écrit. "Notre client affirme depuis le premier jour qu'il n'a pas tué Mme Muylle", a déclaré Me Chantal Van den Bosch.

La défense s'est donc efforcée d'obtenir un procès devant le tribunal correctionnel, où la condamnation pour viol avec torture s'élèverait à 20 ans de prison maximum. Elle ne s'est pas non plus résignée aux poursuites pour torture, ce qui aurait pu réduire la peine maximale à 10 ans d'emprisonnement.

La chambre du conseil de Bruges a estimé vendredi matin que les éléments étaient suffisants pour renvoyer Alexandru C. devant la cour d'assises pour assassinat. C'est la chambre des mises en accusation de Gand qui rendra une décision finale sur la question mais la défense semble nourrir peu d'espoir à cet égard. "Nous avons mis nos arguments sur papier, car nous avons estimé qu'il fallait jouer cartes sur table. Nous allons maintenant nous préparer aux assises."
La chambre des mises en accusation se penchera sur l'affaire dans quelques semaines. Le procès devant la cour d'assises de Flandre occidentale commencera au plus tôt au printemps 2021.

Le Roumain risque la prison à vie pour assassinat. S'il est acquitté, il sera toujours passible de 30 ans de prison pour l'autre qualification.
 

La reconstitution sur la plage de Knokke en présence du suspect fin 2018.

Les plus consultés