6,5 millions d’euros pour des écoles supérieures et universités moins énergivores

Les ministres flamands de l’Enseignement Ben Weyts et à l’Energie Zuhal Demir libérent 6,5 millions d’euros pour 53 projets d’écoles supérieures et d’universités de la Région destinés à économiser de l’énergie. Ces moyens seront notamment utilisés pour améliorer l’isolation de bâtiments dans toute la Flandre et les équiper de verre et chaudières à haut rendement. Ceci permettra aux institutions de réduire leurs émissions de CO2 et d’alléger leur facture énergétique. "C’est nécessaire pour atteindre nos objectifs en matière de climat", indiquent les ministres.

Les écoles supérieures et universités flamandes possèdent un patrimoine très étendu. Dans nombre des bâtiments qu’elles occupent, souvent déjà assez anciens, il est possible de réaliser des économies d’énergie grâce à une modernisation. En 2016 et 2017, le gouvernement flamand avait déjà lancé deux appels à mieux isoler les bâtiments existants des universités et écoles supérieures et à y limiter drastiquement les émissions de CO2 et les coûts énergétiques. L’appel avait été suivi avec succès.

Les ministres de l’Enseignement et à l’Energie flamands débloquent maintenant à nouveau 6,5 millions d’euros à l’attention de 53 projets différents visant à réduire la consommation d’énergie dans ces bâtiments. Grâce à ces investissements, les émissions de CO2 peuvent être réduites chaque année de 3.000 tonnes.

Les fonds libérés seront répartis sur différentes institutions : un million d’euros pour la KULeuven, le même montant pour l’Université de Gand et pour l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles VUB, 919.515 euros pour l’Ecole supérieure de Flandre Occidentale, 914.000 euros pour l’Université d’Anvers, 625.100 euros pour l’école supérieure Erasmus à Bruxelles, 510.500 euros pour l’école supérieure PXL à Hasselt, 407.473 euros pour l’UCLeuven et 123.412 euros pour l’UCLimburg.

Ces fonds seront utilisés pour améliorer l’isolation de bâtiments, changer leur vitrage et y placer du verre à haut rendement, et installer des chauffe-eau solaires ou des chaudières à haut rendement. Ce qui permettra des bénéfices écologiques et économiques. Le gouvernement flamand assumera ainsi 50% des coûts.

"Ce sera bon pour l’environnement et pour le porte-monnaie des écoles supérieures et universités", précise le ministre Ben Weyts. La ministre de l’Environnement, Zuhal Demir, indique que "les bâtiments jouent un rôle important dans les émissions de CO2. Si la Flandre veut atteindre ses objectifs climatiques, elle doit aussi mieux isoler ses bâtiments scolaires et les chauffer de façon plus écologique".

Les plus consultés