Dès le 1er octobre, un couloir devra être réservé aux véhicules de secours lors de files sur l’autoroute

Le 11 juin dernier, la Chambre approuvait une proposition de loi du parti socialiste flamand obligeant les conducteurs de tout véhicule sur l’autoroute à dégager un couloir de secours en cas de formation de file ou de gros ralentissement de la circulation, pour permettre le passage des véhicules prioritaires, le cas échéant. La VRT a appris du service public fédéral Mobilité que cette mesure entrera en vigueur le 1er octobre prochain, sur toutes les routes à deux voies ou plus.

C’est donc la date précise de l’entrée en vigueur de cette mesure de précaution qui est une nouveauté. L’instauration prochaine du couloir de secours lors de file était déjà connue depuis le 11 juin.

Actuellement, les conducteurs doivent déjà s'écarter lorsqu'ils entendent la sirène d'un véhicule de secours. Mais le code de la route ne précise pas comment cela doit se faire, si bien que chacun improvise au moment-même, en ralentissant, accélérant, en se déportant vers la gauche ou la droite. Certains conducteurs paniquent et bloquent sans le vouloir le passage des services de secours, si bien que l’ambulance ou la voiture de police sont obligés de passer sur la bande d’arrêt d’urgence. Ce qui n’est pas sans danger.

L’instauration du couloir de secours doit permettre aux véhicules prioritaires de gagner jusqu’à 4 minutes de temps et donc de sauver davantage de vies, indiquent les spécialistes en Allemagne, où le système de la "Rettungsgasse" est déjà instauré. Suivez d’ailleurs ci-dessous l’explication en allemand du fonctionnement de ce système, donnée par l’ADAC, le pendant allemand du VAB et de Touring.

Les véhicules sur la voie de gauche devront se rabattre le plus à gauche possible en cas d'embouteillage, tandis que les véhicules sur les voies restantes devront serrer autant à droite que possible. La tactique est donc fondamentalement différente de la manière d'opérer actuellement, à savoir créer un passage dès que l'on entend une sirène. L'espace libre dans l'embouteillage devra toujours être disponible à partir du 1er octobre, au cas où les services d'urgence en auraient besoin.

Les plus consultés