CLI

Les présidents d’Open VLD, du CD&V et du MR suspendent leur mission, pour voir si N-VA et PS parviennent à s’entendre

Tant le président des démocrates-chrétiens flamands Joachim Coens que celui des libéraux flamands Egbert Lachaert ont confirmé à la VRT une information donnée par le site demorgen.be. Avec le président du MR Georges-Louis Bouchez, ils ont bien décidé de faire une pause dans leur mission de formation d’une nouvelle coalition majoritaire. Les présidents des trois partis de l’actuel gouvernement de pouvoirs spéciaux veulent en effet donner à la N-VA et au PS - les deux plus grands partis du pays à l’issue des dernières élections - quelques semaines de temps pour voir s’ils parviennent enfin à mettre la formation fédérale à flot.

"Quand nous avons entamé notre mission il y a cinq semaines, il n’était pas possible de former une nouvelle coalition majoritaire", expliquait ce dimanche Egbert Lachaert à la VRT. "A l’heure actuelle, quelques possibilités se dessinent déjà : l’option d’une coalition Arizona a apparemment permis au PS et à la N-VA d’envisager de se parler".

"Je pense qu’il est important de savoir ce qui peut réellement en ressortir", ajoute le président du CD&V, Joachim Coens. "Nous continuons bien entendu à suivre l’évolution de près".

Combien de temps les trois présidents de partis laisseront-ils au parti socialiste francophone et aux nationalistes flamands ? "Aussi peu de temps que possible”, indique Coens. Pour Egbert Lachaert il reste important d’avoir pu mettre sur pied d’ici septembre un gouvernement fédéral de pleins pouvoirs. "Nous voudrions savoir d’ici quelques semaines si cela marche ou pas entre les deux partis".

La piste d’une coalition dite "Arizona" - alliant les six partis CD&V, Open VLD, MR, N-VA, PS et CDH - est-elle écartée ? "L’Arizona est de toute façon une base que personne n’a rejetée. Nous conservons donc cette piste en principe", répondait Egbert Lachaert.

Coens et Lachaert attendent de voir ce que le PS et la N-VA pourront atteindre. "On l’a déjà essayé à diverses reprises. Nous voulons maintenant vraiment que la situation devienne claire à ce sujet".

Les plus consultés