Chargement lecteur vidéo ...

Discours pour la Fête nationale : "La crise corona a dévoilé les fragilités de notre société"

Le roi Philippe a appelé à la constitution d'un gouvernement "résolu et stable" pour préparer la relance du pays. Il a placé l'entièreté de son discours prononcé à la veille de la Fête nationale sous le signe de la crise du coronavirus, en évoquant notamment les souffrance endurées, le rôle de l'Etat et la nécessité d’une relance. Mais en soulignant aussi les aspects positifs de notre société renforcés par l’épreuve sanitaire.

"Il y a des moments où l'histoire n'attend pas. Pour réussir le gigantesque défi de la relance, chacun de nous est indispensable. Pour mobiliser toutes nos forces, nous avons besoin d'une trajectoire clairement définie. Le pays tout entier réclame maintenant un gouvernement résolu et stable. Ne le décevons pas. Nous ne réussirons qu'en dépassant nos propres horizons et en montrant courage et audace", a déclaré le roi Philippe dans son allocution.

Le chef de l'Etat a longuement détaillé les conséquences de la crise, d'abord intimes. Il s'est adressé aux personnes qui ont perdu un proche "sans avoir pu l'accompagner dans ses derniers moments et faire le deuil tellement nécessaire". Il a également évoqué le sort des personnes les plus vulnérables de la société en commençant par les aînés. "Cette crise a dévoilé les fragilités et faiblesses de notre société. En touchant d'abord les plus vulnérables. Les aînés, dont je tiens à saluer la dignité face au danger et à la solitude. Les enfants, à qui une part d'insouciance a été enlevée. Les jeunes, dont le parcours d'enseignement a été fortement secoué", soulignait le souverain.

Philippe n'a pas éludé les injustices sociales aggravées par la crise et les tensions provoquées par le confinement. Mais il a aussi voulu mettre en avant les "belles qualités" de la société belge, manifestées non seulement par le personnel soignant et les enseignants, mais pas uniquement: "en réalité, c'est la Belgique toute entière qui a montré courage et créativité".

"Nous avons redécouvert l’importance de l’intérêt général"

Le Roi insiste aussi sur le rôle de l'Etat et la collaboration avec le secteur privé. "Nous avons redécouvert l'importance de l'intérêt général, du rôle de l'Etat et du service public. Nous avons vu combien peut être fructueuse la collaboration entre secteurs privé et public, entre experts et gouvernements, entre universités, entre centres de recherche, entre les différents niveaux de pouvoir de notre pays. Poursuivons sur cette belle dynamique", a souhaité le roi.

S'il n'utilise pas l'expression consacrée du "monde d'après", le chef de l'Etat exhorte chacun à réfléchir à la société de demain. "La crise nous a ouvert les yeux. Elle nous a réveillés et sortis du confort de nos certitudes. Elle nous force à réfléchir à notre mode de vie, notre organisation du travail, notre façon d'enseigner, nos modes de production et de consommation, à la manière dont nous nous déplaçons et dont nous voyageons".

"Nous avons maintenant une occasion unique de repenser notre économie et notre société. En construisant sur les valeurs humaines que nous avons vécues si intensément. En optant pour des solutions plus équitables et durables. Avec ambition et confiance en l'avenir", estimait encore Philippe de Belgique.

Texte intégral du discours du roi Philippe

Mesdames et Messieurs,

La crise du coronavirus qui nous frappe est inédite. Pour beaucoup d’entre nous, cette pandémie a causé de grandes souffrances. Elle a eu et aura encore de lourdes conséquences. Vous qui avez perdu un être cher, sans avoir pu l’accompagner dans ses derniers moments et faire le deuil tellement nécessaire, je souhaite m’adresser à vous pour vous dire à quel point la Reine et moi, et le pays tout entier, sommes en union de cœur avec vous.

Nos pensées vont aussi à vous qui avez perdu votre emploi, vu vos revenus fortement diminuer ou vu votre entreprise faire faillite, vous qui avez dû abandonner vos projets ou vu vos rêves brisés.

Cette crise a dévoilé les fragilités et faiblesses de notre société. En touchant d’abord les plus vulnérables. Les aînés, dont je tiens à saluer la dignité face au danger et à la solitude. Les enfants, à qui une part d’insouciance a été enlevée. Les jeunes, dont le parcours d’enseignement a été fortement secoué.

La crise a également aggravé des injustices sociales existantes, touchant durement ceux qui étaient déjà en situation précaire, moins bien logés ou formés. Le confinement a provoqué des tensions, dans les foyers, dans nos relations de travail, dans la rue. Plus que jamais nous devons être à l’écoute de ceux qui souffrent en silence.

Mais l’épreuve que nous traversons ensemble a aussi révélé nos belles qualités. Au cœur des difficultés, nous avons vu à l’œuvre la force de l’entraide et du souci de l’autre. Je pense en premier lieu au personnel soignant mais aussi aux enseignants. Et en réalité, c’est la Belgique toute entière qui a montré courage et créativité. J’ai pu m’en rendre compte lors de nos nombreux contacts et visites, et j’en suis très impressionné.

Nous avons redécouvert l’importance de l’intérêt général, du rôle de l’Etat et du service public. Nous avons vu combien peut être fructueuse la collaboration entre secteurs privé et public, entre experts et gouvernements, entre universités, entre centres de recherche, entre les différents niveaux de pouvoir de notre pays. Poursuivons sur cette belle dynamique.

Ces derniers mois, nous avons fait la preuve que, confrontés à l’urgence et à la nécessité, nous pouvions décider et agir rapidement ensemble. Certes, tout n’a pas été parfait, mais nous avons tenu bon. Nous avons affecté d’immenses moyens pour préserver notre tissu économique et social et pour passer les caps difficiles qui nous attendent encore.

Il s’agit maintenant de reconstruire et de relancer nos activités dans une perspective de long terme. En y mettant toute notre énergie et toute notre inventivité.

La crise nous a ouvert les yeux. Elle nous a réveillés et sortis du confort de nos certitudes. Elle nous force à réfléchir à notre mode de vie, notre organisation du travail, notre façon d’enseigner, nos modes de production et de consommation, à la manière dont nous nous déplaçons et dont nous voyageons.

Nous avons maintenant une occasion unique de repenser notre économie et notre société. En construisant sur les valeurs humaines que nous avons vécues si intensément. En optant pour des solutions plus équitables et durables. Avec ambition et confiance en l’avenir.

Mesdames et Messieurs, il y a des moments où l’histoire n’attend pas. Pour réussir le gigantesque défi de la relance, chacun de nous est indispensable. Pour mobiliser toutes nos forces, nous avons besoin d’une trajectoire clairement définie.

Le pays tout entier réclame maintenant un gouvernement résolu et stable. Ne le décevons pas. Nous ne réussirons qu’en dépassant nos propres horizons et en montrant courage et audace.

La Reine et moi vous souhaitons une belle Fête Nationale.

©Edwin Janssen - All Rights Reserved

Les plus consultés