Traçage des contacts : les laboratoires priés de communiquer plus vite les données

Bien que le nombre de contaminations au nouveau coronavirus continue à augmenter depuis une douzaine de jours dans notre pays, les institutions de soins - comme notamment les maisons de repos et de soins - ne sont actuellement pas en crise et ne manquent pas de matériel de protection. C’est ce qu’a déclaré ce lundi matin au Parlement flamand Karine Moykens, présidente du Comité interfédéral Testing & Tracing. "Mais nous devons rester alertes". La Taskforce Covid-19 pour les institutions de soins en Flandre, dirigée par Moykens, se réunira d’ailleurs à nouveau les lundis et jeudis. Et les laboratoires vont être priés de communiquer plus rapidement les résultats de tests, afin que le traçage des contacts de personnes contaminées puisse être accéléré et amélioré.

Ce lundi encore, une lettre sera envoyée par l’Institut national d’assurance maladie-invalidité (Inami) à tous les laboratoires et les hôpitaux, leur demandant d’envoyer "de façon électronique et dans l’heure" à l’institut de santé publique Sciensano les résultats de tests corona, indiquait encore Karine Moykens (photo) au Parlement flamand. Elle dirige la taskforce chargée du traçage des contacts et reconnait que pour l’instant il y a encore jusqu’à deux jours qui sont perdus entre les laboratoires et Sciensano dans la communication des résultats de tests. L’institut scientifique communique ensuite à son tour ces résultats aux centres d’appels qui effectuent le travail concret de traçage en téléphonant aux patients infectés et ensuite aux personnes avec lesquelles ils ont eu récemment des contacts.

Fin août un nouveau système de traçage devra être opérationnel. Mais d’ici là, plusieurs étapes dans la procédure doivent être accélérées et adaptées, reconnait Karine Moykens. Outre l’accélération demandée aux laboratoires, Sciensano communiquera trois fois par jour - au lieu d’une seule fois - les données aux centres d’appel pour qu’ils puissent améliorer leur travail de traçage.

Depuis le 9 juillet il est déjà possible de communiquer 90 contacts, au lieu de 10 seulement, et dès la fin de cette semaine les personnes qui le souhaitent pourront rappeler elles-mêmes un callcenter plutôt que de devoir attendre qu’il les rappelle.

Karine Moykens indiquait aussi espérer pouvoir allouer ce mardi un contrat pour une application qui devrait elle aussi permettre d’accélérer et améliorer le traçage de contacts.

Réponse aux critiques

Au Parlement flamand, Karine Moykens a aussi répondu aux nombreuses critiques exprimées à l’encontre du travail de traçage des contacts. Elle dément que ce travail ne fonctionne pas du tout. Selon la responsable de la taskforce, une moyenne de 77% des personnes infectées au coronavirus et 86% de leurs contacts à haut risque ont ainsi pu être joints par téléphone par un callcenter au cours du mois écoulé.

Pendant ce laps de temps, 1.100 visites à domicile ont également eu lieu. "Dans la moitié des cas, les personnes concernées ont apporté leur collaboration", précisait encore Karine Moykens.

Les plus consultés