La gouverneure d'Anvers supplie les habitants de limiter leurs contacts

La gouverneure de la province d'Anvers Cathy Berx (photo) appelle ce vendredi les habitants - en particulier ceux des centres-villes et autres zones fréquentées - à limiter davantage le nombre de leurs contacts que ce que les règles fédérales imposent. Elle leur demande d’opter pour une bulle fixe plutôt que de changer chaque semaine. "Je ne dis pas que les règles doivent changer, mais appelez cela un défi: rien ne vous empêche de limiter au maximum vos contacts", souligne Berx. Jeudi soir, l’épidémiologiste Pierre Van Damme avait déjà mis en garde, sur le plateau de l’émission Terzake (VRT) : le taux de reproduction du virus est déjà à 1,5 à Anvers, et y progresse vers 2.

La ville portuaire d'Anvers et un certain nombre de communes périphériques font face à de nombreuses nouvelles infections au coronavirus. Devant cette situation alarmante, Cathy Berx souhaite notamment aider les bourgmestres à prendre des mesures supplémentaires si nécessaire, en plus des règles plus strictes déjà annoncées jeudi par le Conseil national de sécurité.

"J’espère que nous pouvons encore inverser la tendance, mais alors il faut que nous respections tous dès maintenant les règles de précaution sanitaire. J’ai l’impression que beaucoup de citoyens sont devenus nonchalants, voire téméraires. Ils se sentent immortels, alors que nous voyons déjà une énorme augmentation du nombre de contaminations et d’admissions dans les hôpitaux. Il faut intervenir rapidement", indique la gouverneure.

Elle encourage par ailleurs les citoyens à faire des efforts au quotidien. "Je ne fixe pas de seuil, mais je vous appelle à limiter vos contacts à la famille et à un ou quelques amis", avance Cathy Berx. "Et il est préférable de rester à distance lors des contacts avec des amis. Ne les serrez pas dans vos bras et ne les embrassez pas."

Berx exhorte également les Anversois à rester chez eux s'ils se sentent malades. "Et surtout si vous avez été testés positifs au Covid-19, restez confinés chez vous s'il vous plait", supplie-t-elle. "Comparez cela à quelqu'un qui a le sida et qui a un contact sexuel à risque, qui se rend en fait coupable de 'coups et de blessures'. Se mêler consciemment à d'autres personnes quand on est positif au Covid revient au même. Et pour les parents: ne laissez pas vos enfants aller dans les plaines de jeux s'ils sont positifs."

La gouverneure anversoise lance aussi un appel au secteur horeca. "Veillez à ce qu’il y ait un mètre et demi de distance non seulement entre les tables, mais aussi entre les groupes de gens. Ne tentez donc pas d’être créatifs pour contourner les mesures de prévention. Veillez surtout à ce que le virus ne puisse pas se propager davantage", insiste encore Cathy Berx.

Christophe Ketels / COMPAGNIE GAGARINE

"Le taux de reproduction du virus se dirige vers 2 à Anvers"

Le taux de reproduction est déjà monté à 1,5 à Anvers et se dirige vers 2, a déclaré jeudi l'épidémiologiste Pierre Van Damme (de l’Université d’Anvers) sur le plateau de l’émission Terzake sur la chaîne Canvas (VRT). Cela signifie qu'à Anvers, chaque personne infectée en contamine deux autres.

"Même un confinement local n'a plus de sens, car le virus se répand très rapidement sur le territoire belge", a déclaré Pierre Van Damme (photo). Selon l'épidémiologiste, le Conseil national de sécurité aurait dû décider d'introduire une bulle de dix personnes permanentes, au lieu des quinze contacts qui sont autorisés à changer chaque semaine. Une restriction accrue qu’auraient aussi souhaitée (plus ou moins dans cette mesure) le virologue Marc Van Ranst et Erika Vlieghe, chef du département des maladies infectieuses à l’UZ Antwerpen, comme ils l’ont indiqué jeudi soir à la VRT.

"Pour l'amour de Dieu, limitez vos contacts", a ajouté l’épidémiologiste dans l’émission Terzake. "Restez aussi loin que possible des autres, à l'exception de quelques-uns. Vous ne pouvez renverser la situation en trois ou quatre semaines que si nous limitons nos contacts dès maintenant, il n'y a pas d'autre solution."

Le professeur s'est heurté à la résistance du ministre de l'Intérieur Pieter De Crem, présent au Conseil national de sécurité. Ce dernier estime qu'un signal important a été donné en ne permettant pas d'assouplissements supplémentaires des mesures. "C'est certainement une mesure très importante. Si vous comparez cela avec le reste du monde, ce sont des mesures très strictes." 

Si dans les dix à quatorze jours il apparaît que de nouvelles mesures doivent être prises, ça sera le cas, a déclaré Pieter De Crem. Le ministre a également déclaré que 180.000 amendes ont déjà été infligées à des personnes qui ne respectent pas les consignes.

Les plus consultés