Archieffoto Nicolas Maeterlinck

Le port du masque sera imposé sur l’entièreté de la digue, et un peu plus encore à Knokke

La gouverneure de Flandre occidentale faisant fonction, Anne Martens, a décidé ce vendredi que le masque buccal devra bientôt être porté le long de la digue dans toutes les communes balnéaires. L’information rapportée par le Krant van West-Vlaanderen a été confirmée à l’agence Belga par la gouverneure, qui souhaite ainsi harmoniser la mesure, alors que Blankenberge, Nieuport, Le Coq et Zeebrugge notamment avaient déjà rendu le port du masque obligatoire sur leurs digues. Knokke-Heist généralise l’obligation.

Le Conseil national de sécurité a imposé jeudi le port du masque dans les rues commerçantes et les endroits à forte fréquentation, publics comme privés. Après concertation avec les bourgmestres des communes côtières, la gouverneure faisant fonction Anne Martens a décidé d'étendre l'obligation de porter un masque sur la digue à toutes les communes.

"Il s'agit d'une décision provinciale. Tous les bourgmestres ne comptaient pas rendre le masque obligatoire sur la digue mais je voulais avant tout une information claire et uniforme", a souligné la gouverneure. La mesure est en cours de rédaction et devrait entrer en vigueur dès ce samedi.

Jeudi, plusieurs bourgmestres côtiers avaient encore laissé entendre qu’ils ne voulaient pas imposer le masque buccal sur la digue. Celui de Middelkerke, Jean-Marie Dedecker, avait déclaré vouloir "encore laisser les gens un peu vivre". Il n’était d’ailleurs pas présent à la vidéoconférence de ce vendredi midi avec la gouverneure et ne s’y est pas fait remplacer.

Knokke va plus loin : le masque obligatoire partout

Le conseil communal de Knokke-Heist a décidé pour sa part ce vendredi de rendre obligatoire le port de masque buccal sur l'intégralité de son territoire à partir de samedi. La règle ne s'applique donc pas uniquement aux rues commerçantes très fréquentées, mais à toutes les rues, aux places et marchés.

Le bourgmestre Léopold Lippens avait déclaré jeudi, à la suite du Conseil national de sécurité, que le masque buccal était recommandé mais pas obligatoire. Avec les échevins de la commune, il a décidé ce vendredi de transformer la recommandation en obligation.

La commune demande également à la population de ne pas abandonner les masques usagés dans l'espace public, mais de les mettre à la poubelle ou de les ramener à la maison.

Obligation générale du masque dans les Ardennes flamandes

Tout comme dans l'agglomération de Deinze (Flandre orientale), porter un masque en public sera obligatoire à partir de samedi dans les communes de la zone de police des Ardennes flamandes, à savoir Audenarde (photo), Kruisem, Kluisbergen et Wortegem-Petegem. Cette décision, qui ne fait pas de distinction entre lieux fréquentés ou moins fréquentés, concerne quelque 60.000 habitants. La police veillera à l'application de cette interdiction.

"Nous devons agir de manière préventive si nous voulons empêcher une deuxième vague", estiment les bourgmestres concernés. La Flandre orientale n'est pas durement touchée par la deuxième vague de contaminations et compte peu de nouvelles infections. "C'est pourquoi nous voulons agir préventivement, car nous craignons que la deuxième vague ne soit imminente. De plus, une obligation générale est claire pour tout le monde: si vous quittez votre domicile, vous mettez un masque buccal."

Et à Bruxelles ville ?

Le port du masque sera obligatoire dès lundi 27 juillet sur trois artères commerciales de la Ville de Bruxelles, à savoir le piétonnier, la rue Neuve (photo) et la rue Marie-Christine, à Laeken. C’est ce qu’a indiqué le bourgmestre Philippe Close. Le port du masque est également obligatoire sur l'ensemble des marchés, brocantes et fêtes foraines, en ce compris la Foire du Midi.

"Même si à Bruxelles les chiffres ne démontrent pas un rebond à l'heure actuelle, j'appelle tout le monde à rester attentif. Selon les chiffres de traçage, les foyers d'infection sont plutôt observés dans la sphère privée (mariages, diners, barbecues..). Les mesures sanitaires doivent être respectées pour vous et pour les autres", a indiqué le bourgmestre, s'adressant à la population.

Les contrôles commenceront au plus tard le lundi 27 juillet, le temps pour la Ville de mettre en place le cadre juridique autour de ces mesures. Par ailleurs, on notera que le nombre de rues soumises à l'imposition du masque fluctue d'une commune bruxelloise à l'autre. A Evere, le bourgmestre faisant fonction a pris un arrêté pour l'imposer dans seize rues et places.

Nicolas Maeterlinck

Les plus consultés