Les "super propagateurs", ces patients qui produisent inconsciemment un nombre incroyable de particules

De très nombreux patients contaminés par le Covid-19 semblent avoir dans leur corps énormément de particules du virus, sans même parfois montrer de symptômes. Ce constat ressort des résultats de tests médicaux. Les personnes dans ce cas sont considérées comme étant des "super propagateurs". "Lorsque les particules son fortement présentes dans le nez ou dans la gorge, il y a des chances que les personnes concernées qui toussent, voire même parlent fort, infectent d’autres personnes", explique le virologue Marc Van Ranst.

Dans les faits, ces super propagateurs contaminent plus de personnes que certains autres patients. "C’est un concept bien connu, surtout dans les maladies respiratoires infectieuses", souligne Marc Van Ranst sur les ondes de Radio 1 (VRT). "Ces personnes développent des quantités gigantesques de particules dans leur nez et leur gorge. Elles produisent énormément de virus".

Il peut s’agir de personnes qui n’ont pas de symptômes, mais qui portent bel et bien des particules.

Marc Van Ranst, virologue

Les super propagateurs n’ont pas du tout conscience qu’ils sont extrêmement contagieux. "Il n’y a d’ailleurs aucun lien avec la présence ou non de symptômes graves", souligne le virologue. "Il peut aussi bien s’agir de personnes qui n’ont pas de symptômes, mais qui portent bel et bien des particules. Ces patients n’ont pas non plus davantage de salive ou de mucus nasal", explique encore Marc Van Ranst.

Le Covid-19 semble former un cas spécial dans la famille des virus. "C’est stupéfiant de voir à quel point il produit une énorme quantité de virus, bien plus que d’autres virus que nous connaissons", souligne-t-il.

Nous ne savons pas pourquoi, mais le nombre de super propagateurs est plus élevé actuellement que lors de la première vague de Covid-19 en mars dernier.

Marc Van Ranst, virologue

Les super propagateurs peuvent être tracés grâce aux tests de dépistage. "Lorsqu’on en reçoit un échantillon, on remarque une importante quantité du virus. J’ai demandé à ce que ces patients soient contactés et informés. Certains tests ne donnent qu’un résultat positif ou négatif. Lors d’un résultat positif, il faudrait réitérer le contrôle pour obtenir parallèlement un résultat quantitatif", poursuit le virologue.

Il ressort également que le nombre de super propagateurs est plus élevé actuellement que lors de la première vague de Covid-19 en mars dernier. "Nous ne connaissons pas la raison de cette situation", précise le virologue qui insiste sur l’important d’une quarantaine stricte pour tous les patients positifs.

Les plus consultés