Chargement lecteur vidéo ...

Témoignages de mauvais traitements de gymnastes de haut niveau : la Gymfed va enquêter

La fédération flamande de gymnastique (Gymfed) a réagi mardi soir aux récents témoignages de gymnastes de haut niveau qui ont révélé ces derniers jours les mauvais traitements, harcèlements, intimidations et humiliations subis de la part d’entraineurs au cours de leur carrière. "Gymfed reconnaît que les choses ont mal tourné dans l'encadrement du sport de haut niveau et regrette profondément que certains athlètes aient encore des expériences négatives", écrit la fédération flamande, qui ajoute "prendre très au sérieux" les récents témoignages. Elle a fait appel à un comité d'éthique indépendant et prévoit aussi de consulter les gymnastes qui ont terminé leur carrière pendant l'olympiade 2016-2020, afin d'évaluer cette période.

Vendredi, l'entraîneur de gymnastique néerlandais Gerrit Beltman avait reconnu (dans une interview au Noordhollands Dagblad) avoir maltraité et humilié de jeunes gymnastes lors de ses entraînements. Beltman a entraîné toute une série de gymnastes de haut niveau, dont notre compatriote Aagje Vanwalleghem, qui a révélé de plus longue date des mauvais traitements. Samedi, l’ancienne gymnaste Gaëlle Mys a révélé sur Instagram avoir été victime d'actes d'intimidation et de harcèlement au cours de sa carrière. Ils lui ont fait quitter la gymnastique de haut niveau en 2016.

D’autres (anciennes) gymnastes ont ensuite révélé les mauvais traitements subis au cours de leur carrière, notamment à l'école de sport de haut niveau (Topsportschool) de gymnastique de Gand. La fédération flamande de gymnastique a souligné qu'elle a imposé un code de conduite après les Jeux Olympiques de 2016 à Rio de Janeiro. Une équipe interdisciplinaire a été mise en place avec un rôle important pour le psychologue du sport Jef Brouwers. Mais l'ancienne gymnaste Laura Waem, qui a arrêté sa carrière il y a 2 ans, affirme qu'il y a encore toujours un sérieux problème avec la fédération de gymnastique.

Lundi, Nina Derwael a défendu ses entraîneurs Yves Kieffer et Marjorie Heuls devant la presse réunie à Gand (voir images). "Je peux dire sans hésiter que je peux faire de la gymnastique dans un climat sain de sport de haut niveau. Je fais appel autant que possible à tous les experts auxquels nous pouvons faire appel en cas de problème", a déclaré Derwael. "Je n'ai pas l'impression qu'il y ait des athlètes qui sont ici en ce moment et qui souffrent psychologiquement. Avec les autres gymnastes, nous avons un groupe WhatsApp, dans lequel il est apparu clairement que nous sommes toutes choquées par les accusations portées contre nos entraîneurs. (…) Je suis ici depuis neuf ans et je dois dire que la communication avec les entraîneurs s'est beaucoup améliorée. Mais je n'ai jamais vu aucun abus", a conclu Derwael, qui a remporté deux titres mondiaux et deux titres européens sous la conduite des entraîneurs français Marjorie Heuls et Yves Kieffer.

La Gymfed prévoit de consulter les gymnastes qui ont terminé leur carrière pendant l'olympiade 2016-2020 afin d'évaluer cette période. "Leurs conclusions seront certainement prises en compte à l'avenir", a assuré la fédération.

Le couple d'entraineurs français Yves Kieffer et Marjorie Heuls, et Nina Derwael (en rouge) lors de la conférence de presse à Gand.
James Arthur Photography

Les plus consultés