Chargement lecteur vidéo ...

Le voyagiste Intersoc supprime deux destinations suisses, en zone devenue rouge

Intersoc, l’association qui organise des vacances pour les membres de la Mutualité chrétienne belge, est contrainte de supprimer deux de ses destinations situées dans la région lémanique (Genève, Lausanne et Montreux) après que celle-ci ait été intégrée à la liste rouge du SPF Affaires étrangères. L'organisation de voyage accueille actuellement plusieurs centaines de voyageurs dans la région suisse. Ceux-ci devront subir un test de dépistage Covid-19 et se mettre en quarantaine pendant deux semaines à leur retour en Belgique.

Les deux destinations de voyage supprimées sont Leysin (photo) et Zinal, où Intersoc a des hôtels. Quelque 550 Belges y passent actuellement leurs vacances. "Nous donnerons plus d'informations aux vacanciers et employés concernés lundi", a déclaré l'organisation de voyage sur Facebook, en assurant qu'ils seront également guidés pour leur retour en Belgique.

Johan Swinnen, directeur d'Intersoc, s'est dit "surpris" par la modification des recommandations de voyage. "Nous savions qu'il y avait quelques problèmes autour de la ville de Genève mais nos hôtels étant tous situés dans les montagnes, où il n'y a pas ou relativement peu de problèmes, nous sommes surpris de devoir fermer ces hôtels maintenant."

Toutes les nouvelles réservations de voyage vers ces deux destinations sont désormais annulées. Intersoc souligne qu'il n'y a aucun problème pour ses autres destinations suisses Flims, St. Moritz et Wengen, dont les recommandations de voyage restent inchangés.

Incompréhension en Suisse

Plusieurs responsables politiques suisses ont exprimé, ce dimanche, leur surprise et leur mécontentement après la décision des autorités belges de placer la région lémanique - qui englobe les cantons de Genève, Vaud et du Valais - en zone rouge, ce qui entraîne une interdiction de séjour en raison du Covid-19.

"Cette décision est incompréhensible et choquante", a réagi le conseiller d'Etat valaisan en charge de l'économie Christophe Darbellay sur les ondes de la RTS. "Le canton du Valais maîtrise bien le Covid-19. La situation à Genève est beaucoup plus alarmante", a-t-il commenté.

Le conseiller national Matthias Bregy qualifie lui aussi la décision belge d'incompréhensible et en appelle au département helvète des Affaires étrangères d'intervenir auprès de la Belgique. Le canton de Vaud demande lui aussi une intervention diplomatique pour une révision de la décision belge sans délai.  Côté suisse, on souligne que sur les 14 derniers jours, le taux de nouvelles infections a atteint 23 cas pour 100.000 habitants dans le canton de Vaud, et de 10 dans le Valais, alors qu'il est de 44 en Belgique.

La Suisse est également intervenue auprès de l'Union européenne pour éviter que d'autres pays européens n'adoptent la même mesure que la Belgique. Mi-juillet, la Belgique avait temporairement considéré le canton du Tessin comme une zone à risque. Après des protestations de ce canton, la Belgique avait finalement fait marche arrière.

Le classement de la région lémanique en zone rouge a aussi suscité quelques étonnements en Belgique. Sur Facebook, le député bruxellois Emmanuel De Bock (DéFI) s'interroge: "La Belgique met 20% de la Suisse en zone rouge le jour de leur fête nationale et prend en otage tous les Belges qui devaient y passer une partie des vacances d'août, alors que la Suisse compte quatre fois moins de contaminations par habitant que la Belgique. Interdire de se rendre à Genève, dans le Vaud et le Valais alors que la Suisse connaît un taux de contamination bien moins élevé que la Belgique...".

Les plus consultés