Radio 2

Les traceurs de contacts demandent désormais où se passe la quarantaine

La gouverneure de Flandre occidentale faisant fonction, Anne Martens, a indiqué ce lundi que les "traceurs de contacts" vont désormais demander si une personne observe sa quarantaine en seconde résidence. Cela devrait permettre de savoir plus clairement où se trouvent les résidents secondaires pendant leur quarantaine. La gouverneure avait déjà déploré ce manque de clarté auprès du Conseil national de sécurité. Toute personne séjournant dans un hôtel ou une maison de vacances doit également le signaler. D’autre part, les administrations locales flamandes pourront dorénavant disposer des données individuelles des citoyens contaminés, indiquait le ministre Wouter Beke.

La gouverneure Anne Martens avait souligné auprès du Conseil national de sécurité le problème que seule l'adresse officielle des personnes en quarantaine était enregistrée. "Nous ne savions pas si les seconds résidents ou les touristes étaient mis en quarantaine chez eux ou s'ils se trouvaient, par exemple, à la Côte", explique Martens.

"Cela s'améliore déjà. On leur demandera aussi désormais où ils auraient pu être infectés", ajoute-t-elle. Les "traceurs" demandent donc également si la personne en question séjourne dans un hôtel, dans sa famille ou dans une maison de vacances. "De cette façon, nous savons déjà mieux qui séjourne en Flandre occidentale, par exemple", indique la gouverneure.

Il est également prévu que le formulaire électronique qu'un patient infecté remplit chez le médecin généraliste soit adapté, de sorte qu'une adresse résidentielle puisse y être indiquée en plus de l'adresse officielle.

Les communes flamandes recevront des données des malades

Les administrations locales flamandes pourront disposer des données individuelles des personnes infectées par le Covid-19, a indiqué ce lundi le ministre flamand de la Santé Wouter Beke (CD&V). Depuis vendredi dernier, les communes disposaient déjà de données statistiques par quartier.

Ces données leur seront fournies par des experts médicaux en lien avec les conseils de santé locaux. Selon le ministre Beke (photo), le secret professionnel ainsi que les droits des patients concernés seront respectés.

La mesure vise à aider les administrations locales flamandes à mieux jouer leur rôle dans la lutte contre la propagation du virus, notamment en renforçant le système de suivi des contacts. Les administrations locales pourront de la sorte mettre sur pied leur propre système de suivi, pour autant qu'une série de mesures soient prises pour assurer la confidentialité et la responsabilité.

Les plus consultés