Les Verts demandent une clarification de la note des préformateurs De Wever et Magnette

A l'issue de quatre heures de discussions, ce mardi après-midi, avec les préformateurs Paul Magnette (PS) et Bart De Wever (N-VA) sur la note que ces derniers ont confectionnée en vue de la formation d'un nouveau gouvernement fédéral, Ecolo et Groen ont estimé qu'ils ne pouvaient se joindre au projet dans sa forme actuelle. On a également appris ce mardi, via divers journaux flamands, que les préformateurs (photo) envisagent de former un gouvernement au programme limité, qui ne gouvernerait pas une législature complète mais mènerait à des élections anticipées, au plus tard en 2023.

"Les options politiques présentées par les missionnaires royaux constituent une base pour une formule sans les Verts, et non avec eux", ont-ils fait savoir les partis Groen et Ecolo dans un communiqué. "Il n'est pas clair que les missionnaires envisagent de reformater ainsi leur projet."

Tout en saluant certaines "propositions intéressantes" contenues dans la note des préformateurs De Wever et Magnette - telles que l'augmentation des pensions ou une série de mesures à court terme pour gérer la crise sanitaire -, les Verts estiment que l'entretien avec les préformateurs a aussi mis en lumière "des lacunes importantes et positions trop éloignées sur le plan des valeurs et des propositions". Pour les écologistes, "certains éléments" ne sont d'abord tout simplement pas à la hauteur des enjeux et des attentes d'une large part de la population, notamment en matière de climat, d'énergie ou de mobilité. "Ces propositions ne répondent pas aux innombrables rapports scientifiques sur l'état de la planète, le dérèglement climatique et la crise de la biodiversité."

Ensuite, d'autres éléments abordés sont restés "flous", notamment la question de la fiscalité plus juste ou en matière de renouveau politique. "Enfin, il ressort que le schéma qui se dégage des propositions en matière institutionnelle ne rendra pas notre État fédéral plus efficace, plus lisible et plus démocratique, ce qui est pourtant nécessaire", regrettent les co-présidents d'Ecolo. Sur base du texte tel que rédigé dans sa forme actuelle, il est dès lors impossible pour eux de rejoindre le mouvement. Les Verts ne referment cependant pas définitivement la porte, renvoyant ainsi la balle aux préformateurs invités à renforcer le texte dans le sens des Verts s’ils sont véritablement désireux de gouverner avec eux.

Bart De Wever et Paul Magnette (photo) devraient prendre une décision à ce sujet cette semaine encore. Ils doivent en effet rendre un nouveau rapport au roi Philippe samedi.

Un gouvernement pour deux ans?

Différents journaux flamands dont De Standaard affirment ce mardi que les "préformateurs" ont pour objectif de former un gouvernement au programme limité, qui ne gouvernerait pas une législature complète mais mènerait à des élections anticipées, au plus tard en 2023 (plutôt que 2024). L’information a été confirmée partiellement à la VRT. L'idée du duo De Wever - Magnette permettrait de préparer une réforme de l'Etat pour 2023, en ouvrant à révision des articles de la Constitution, mais aussi de séparer les scrutins régionaux et fédéral, pour éviter de compliquer les formations de gouvernements.

Parmi les cinq partis qui seraient déjà prêts à former une nouvelle coalition (N-VA, SP.A et PS, CD&V et CDH), l’un estime que l’accord est déjà conclu tandis que l’autre "ne s’oppose pas à la proposition" d’une législature écourtée. Mais les partis mettent en garde : il n’y a d’accord sur rien tant qu’il n’y a pas d’accord sur tout.

"Nous avons délimité certains thèmes dont nous pensons qu’ils doivent être traités ces deux prochaines années", expliquait déjà Bart De Wever lors d’une interview accordée à la chaine privée VTM. A savoir, notamment, gérer la relance après la crise sanitaire et travailler à la structure de l’Etat. Une période plus courte de collaboration serait sans doute aussi plus facile à faire accepter aux adhérents du PS et de la N-VA.

Les plus consultés