Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved.

Unicef et Caritas Belgique appellent aux dons pour la population libanaise

Les ONG Unicef, Caritas et Adra Belgique ont lancé ce jeudi des appels aux dons pour venir en aide aux Libanais, empêtrés dans une profonde crise économique appelée à s'aggraver après la double explosion, mardi soir, dans le port de Beyrouth. La catastrophe a fait au moins 137 morts et 5.000 blessés, selon un bilan encore provisoire, jeudi matin, du ministère libanais de la Santé. Les dégâts dans la capitale sont estimés à plus de trois milliards de dollars.

"La catastrophe à Beyrouth vient s'ajouter à une terrible crise que connaissent déjà les Libanais: l'effondrement de l'économie et l'augmentation inquiétante des cas de Covid-19. La pandémie a déjà eu un impact très lourd sur les hôpitaux, où le personnel de santé de première ligne est épuisé", pointe le Fonds des Nations Unies pour l'enfance dans un communiqué. En collaboration avec les autorités et ses partenaires, l'Unicef répond aux besoins les plus urgents sur place, notamment ceux des travailleurs de santé et de première ligne.

"Nous avons fourni de l'eau potable au personnel du port de Beyrouth et aidons le ministère de la Santé publique à retirer ce qu'il reste des médicaments et vaccins stockés dans un entrepôt du port." Un soutien psychosocial spécialisé est également apporté aux enfants fauchés par la catastrophe. "Ceux qui ont survécu sont probablement traumatisés et sous le choc", s'inquiète l'agence onusienne pour l'enfance.

L'antenne de l'Unicef à Beyrouth a également été touchée. Sept employés ont été blessés, l'épouse d'un collaborateur est décédée et les maisons de dizaines d'autres ont été endommagées. Les dons versés auprès d'Unicef Belgique serviront à l'aide urgente, mais aussi à plus long terme. Toutes les informations pratiques sont disponibles sur le site internet de l'organisme.

De son côté, Caritas Belgique a débloqué 50.000 euros pour soutenir l'aide d'urgence au Liban et appelle également aux dons. "Nos centres médicaux sont submergés et les hôpitaux de la ville sont, eux aussi, bondés. Ils manquent de tout, y compris de nourriture", explique Rita Rhayem, directrice de Caritas Liban qui, avec près de 900 employés et plusieurs centaines de volontaires, se présente comme l'une des plus grandes ONG du pays.

Pour la directrice, la situation est "apocalyptique" et pourrait s'aggraver dans les heures à venir à cause des gaz toxiques dus à l'explosion de nitrate d'ammonium. "Nous nous préparons tant bien que mal à cette éventualité, mais nos centres médicaux ne sont pas équipés" pour y faire face, ajoute-t-elle. Les modalités de don sont renseignées sur le site internet de Caritas.

AP

Enfin, l'ONG Adra (Adventist relief and development agency) Belgium a également débloqué des fonds pour répondre aux besoins des plus démunis face à la catastrophe. Jusqu'à 300.000 personnes se retrouvent en effet sans domicile à Beyrouth, d'après un décompte mercredi du gouverneur de la capitale, Marwan Abboud. L'ONG Adra est en contact avec les autorités locales et la Croix-Rouge libanaise afin d'évaluer l'évolution de la situation et d'apporter une aide d'urgence en fonction des besoins sur place.

AP

Les plus consultés