"Une équipe B-Fast part ce vendredi soir pour Beyrouth"

Les Affaires Etrangères belges ont indiqué ce vendredi matin, par la voix du porte-parole du ministre Philippe Goffin, qu’un avion transportant une équipe d'intervention d'urgence de B-Fast décollera vers 20h de l’aéroport militaire de Melsbroek à destination du Liban (photo archives), pour venir en aide à la population de la capitale secouée mardi par une gigantesque double explosion dans le port de Beyrouth.

Il n’est pas encore clair quels services d’urgence la Belgique enverra vers le Liban, étant donné que l’équipe de recherche et de secours (Search and Rescue) de B-Fast a été supprimée. Les Affaires Etrangères annoncent davantage de précisions pour le courant de l’après-midi.

La rédaction de VRT NWS a appris que le Liban sollicite avant tout une aide médicale. Les Affaires Etrangères ne pourront cependant la confirmer que dans l’après-midi. Il ne devrait par contre pas y avoir d’équipe qui puisse aider à chercher des personnes portées disparues depuis l’explosion et à les sortir des décombres. L’équipe Search and Rescue n’existe en effet plus, et le Liban ne demanderait déjà plus cette aide spécifique.

L’opposition au Parlement fédéral critique le manque de réaction rapide du gouvernement belge à apporter une aide pratique à Beyrouth, alors que la Première ministre Sophie Wilmès a proposé cette aide au Liban dès le lendemain matin de la catastrophe.

Le fait qu’il faille trois jours pour faire partir une équipe B-Fast soulève notamment l’interrogation de Peter De Roover (N-VA). "Si B-Fast n’est à nouveau pas capable de se mettre rapidement en action, nous posons la question de l’utilité d’une telle structure". Le député Jan Bertels (SP.A) pointe du doigt l’abolition de l’équipe Search and Rescue de B-Fast.

Photo archives B-Fast

Charles Michel se rend samedi à Beyrouth

Le président du Conseil européen Charles Michel (photo) se rendra à Beyrouth ce samedfi, quatre jours après les explosions meurtrières qui ont secoué la capitale libanaise depuis un entrepôt du port. L’ancien Premier ministre belge l’a annoncé ce vendredi sur Twitter.

Charles Michel transmettra "la solidarité européenne avec les habitants du Liban". L'Europe est "choquée et attristée", et se tient prête à fournir l'aide nécessaire, ajoute le Belge. Il rencontrera à Beyrouth le président Michel Aoun, ainsi que Nabih Berri, le président de la Chambre des députés, et le président du conseil des ministres Hassan Diab.

Le président français Emmanuel Macron a lui-même déjà fait le déplacement à Beyrouth jeudi, jour où la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen s'est entretenue par téléphone avec Hassan Diab. Les Etats membres de l'UE se sont rapidement mobilisés, sous coordination de la Commission européenne, pour apporter de l'aide sur place, notamment pour des opérations immédiates de recherche et de sauvetage dans la ville dévastée.

L'UE a également activé son système de cartographie par satellite Copernicus pour aider les autorités libanaises à évaluer l'étendue des dégâts.

AFP or licensors

Hommage devant l'ambassade du Liban à Bruxelles

Environ 150 personnes, selon l'estimation de la police de Bruxelles-Ixelles, se sont rassemblées jeudi soir, entre 18h30 et 20h30, devant l'ambassade du Liban à Bruxelles pour rendre hommage aux victimes des explosions de Beyrouth qui ont fait au moins 150 morts et plus de 5.000 blessés.

Des personnes, parmi lesquelles de nombreux ressortissants libanais, sont venues se recueillir et exprimer leur solidarité. Elles ont entonné l'hymne national. Des chansons libanaises ont aussi été diffusées. Des drapeaux libanais ont été étendus et des bougies ont été déposées au sol. Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles est venu déposer une gerbe de fleurs.

L'appel au rassemblement était citoyen et organisé par un ressortissant et une ressortissante libanais en Belgique. "Cet hommage a pour but de se montrer solidaires", expliquait Tarek El Halabi, co-organisateur du rassemblement. "Nous pensons aux victimes, à leurs familles, aux Libanais sur place. Nous ne sommes pas dans les critiques aujourd'hui. Nous voulons avant tout être forts et unis face à cette tragédie. C'est notre message, un message du cœur. On va essayer de s'organiser pour envoyer des dons. Nous voulons montrer que nous sommes solidaires avec les gens qui sont là-bas, qu'on est avec eux malgré la distance qui nous sépare."

Les plus consultés