Steven Van Gucht : "La croissance exponentielle des nouveaux cas semble avoir été interrompue"

Au niveau du territoire belge dans son ensemble, "la croissance exponentielle (des nouveaux cas de coronavirus) semble avoir été interrompue", ont constaté lundi en conférence de presse la porte-parole interfédérale Covid-19 Frédérique Jacobs et Steven Van Gucht, de l'institut de santé publique Sciensano. Le nombre de nouveaux cas continue d'augmenter au niveau national, mais la croissance semble s'adoucir, ont-ils expliqué, revenant sur les chiffres de la semaine passée. Les experts voient "des signes positifs".

A Anvers, ville pointée du doigt comme l'épicentre d'une reprise de la pandémie en Belgique il y a quelques semaines, il y a même une "légère diminution du nombre de nouveaux cas", ont expliqué les deux scientifiques. Pour la province d'Anvers dans son ensemble, on est passé de 1.435 nouveaux cas sur la période 24-30 juillet à 1.440, donc un chiffre quasi identique, durant la semaine suivante (31/07-06/08).

"On s'écarte donc d'une éventuelle nouvelle vague, si on respecte les mesures", ajoute Frédérique Jacobs. En dehors d'Anvers, c'est en Région bruxelloise (523 nouveaux cas sur la période 31/07-06/08, soit +41%) et en province de Liège (454, +46%) qu'on a observé la semaine passée le plus de nouveaux cas, "mais l'augmentation semble moins marquée qu'il y a quelques jours".

Sciensano et le centre de crise reconnaissent que l'actuelle vague de chaleur, avec des températures dépassant allégrement les 30 degrés, présente un nouveau défi, alors que l'on continue de combattre la propagation du coronavirus.

"La vague de chaleur ne met pas l'épidémie en mode pause"

"Nous devons continuer ensemble à faire barrage, car la vague de chaleur ne met pas l'épidémie en mode 'pause'", a indiqué le porte-parole du Centre de crise national Antoine Iseux. Sachant que beaucoup de gens trouvent qu'il est pénible de porter un masque buccal par de fortes chaleurs, le centre de crise lance quelques recommandations: éviter, aux moments les plus chauds de la journée, de se rendre dans les zones où le port du masque est demandé (comme les magasins, entre autres), est la solution la plus simple. Si cela n'est pas possible, il est recommandé de privilégier les masques chirurgicaux, plus légers.

Antoine Iseux en profite pour préciser: "Mouiller son masque est une fausse bonne idée! Cela va favoriser le développement de germes et diminuer la capacité de filtration du masque. Si on transpire sous le masque, mieux vaut le remplacer régulièrement."

Le rapport épidémiologique de lundi confirme les tendances du petit matin en ce qui concerne les chiffres précis de contamination: il y a eu sur la dernière semaine de chiffres complets (31 juillet - 6 août) une moyenne de 580 nouveaux cas confirmés par jour, soit un total de 4.061 contaminations notifiées (35,3/100.000 habitants), une moyenne en progression de 16% par rapport aux 7 jours précédents. On a déploré 3,4 décès par jour. Le taux de reproduction du virus était à 1,12.
 

Les plus consultés