Chargement lecteur vidéo ...

Enquête sur la faillite du groupe de mode FNG

Le parquet d'Anvers a ouvert une instruction judiciaire sur des soupçons de malversations commises dans le cadre de la faillite du groupe de mode FNG, maison-mère notamment des enseignes Brantano, CKS et Miss Etam.

D’après le parquet d'Anvers, le juge d'instruction ne devra pas uniquement déterminer si FNG s'est rendu coupable de manipulation de marché, mais également si d'autres délits ont été commis, comme des faux en écriture, des abus de biens sociaux ou des manœuvres dilatoires contre l'enquête lancée par la FSMA, le gendarme boursier, sur le groupe FNG.

Le 8 juillet dernier, la FSMA avait transmis son dossier au parquet d'Anvers, évoquant des indices d'éventuelles manipulations de marché sous la direction de l'ancien management de FNG.

L'enquête judiciaire ne vise pas uniquement l'ancienne direction de FNG, à savoir les trois co-fondateurs Dieter Penninckx, Anja Maes et Manu Bracke, mais le parquet se refuse, actuellement, à citer d'autres noms.

Le groupe FNG du Benelux a été déclaré en faillite la semaine dernière. Les curateurs sont à la recherche d’un repreneur. L’entreprise possède 734 millions d’euros de dettes. Le groupe emploie quelque 3.000 personnes, dans plusieurs pays.

Les plus consultés