Verts et libéraux rejettent le volet institutionnel de la note des préformateurs

Dans un communiqué de presse hors du commun, rédigé de concert, les écologistes et les libéraux flamands et francophones ont demandé aux préformateurs Bart De Wever (N-VA) et Paul Magnette (PS) d’indiquer clairement quelle coalition a leur préférence pour former un nouveau gouvernement fédéral. Les Verts et les libéraux refusent "de prendre encore part à une surenchère qui les dresse les uns contre les autres". Courtisés par les préformateurs royaux pour construire une nouvelle majorité, Groen, Ecolo, Open VLD et le MR expriment aussi leur "inquiétude" quant aux projets de réforme institutionnelle contenus dans la note de Bart De Wever et Paul Magnette (photo).

"Leur schéma conduit à rendre les institutions plus complexes et moins lisibles : un modèle qui n'est pas le nôtre", affirment les quatre partis d'une même voix. "Ecolo-Groen, MR et Open VLD veulent évidemment participer à une Belgique qui fonctionne plus efficacement, au service de nos concitoyens et de leurs préoccupations de tous les jours. De telles réformes nécessitent cependant une préparation approfondie et une concertation suffisante. Certaines compétences peuvent être régionalisées, mais d'autres tout autant refédéralisées, afin d'augmenter l'efficacité. Les réformes institutionnelles ont toujours été pour nous un moyen, jamais un objectif en soi", affirme le quatuor.

Plus d'un an après les dernières législatives, libéraux et écologistes veulent éviter que davantage de temps ne soit encore perdu. Ils demandent donc aux missionnaires royaux "de la clarté au sujet de la coalition qui a leur préférence et de faire le choix de solutions stables et solides".

"Les familles libérales et écologistes refusent de prendre part à une surenchère qui les dresse l'une contre l'autre afin de déterminer qui peut rejoindre le prochain gouvernement", concluent-ils dans leur communication commune.

Ces derniers jours, De Wever et Magnette ont en effet rencontré à plusieurs reprises les partis écologistes, mais aussi les libéraux et annoncé vouloir revoir les deux formations. Bart De Wever avait clairement laissé entendre (dans une interview accordée à la VRT) qu’il souhaiterait qu’Open VLD rejoigne la "bulle de cinq partis" déjà prêts à former la coalition (N-VA, PS, SP.A, CD&V et CDH), mais ne voulait pas du MR dans l’équipe. Les deux partis libéraux ont annoncé vouloir entrer ensemble dans une coalition, comme le souhaitent aussi Ecolo et Groen. Mais les relations entre écologistes et N-VA restent tendues.

"Cela ne présage pas la violette-verte"

Libéraux et écologistes soulignent cependant que leur communiqué commun ne doit pas faire penser qu’ils veulent entrer à quatre dans une coalition. "Ceci ne présage pas la coalition Vivaldi", indiquait Egbert Lachaert (photo), président d’Open VLD, à VRT NWS. Vivaldi étant le surnom donné à une coalition composée des socialistes, libéraux et écologistes associés au CD&V et/ou au CDH. "Nous sommes encore toujours partisans de la violette-jaune", qui inclurait les nationalistes flamands.

D’après le journaliste politique Johny Vansevenant, le communiqué commun doit plutôt se lire comme l’expression d’une frustration des quatre partis sur la façon dont travaillent les préformateurs. "Les Verts craignent que ces derniers leur parlent pour que les libéraux se montrent plus indulgents. Or ils n’ont pas envie de continuer comme cela pendant des semaines encore. Et les libéraux ne veulent parler en profondeur aux préformateurs que quand ils sauront que ces derniers ont opté pour eux pour une future coalition".

Egbert Lachaert soulignait à nouveau qu’il est grand temps que les préformateurs choisissent s’ils veulent continuer avec les écologistes ou avec les libéraux. Il indiquait aussi que la tentative de Bart De Wever et Paul Magnette de détacher Open VLD du MR n’a eu comme résultat que de rapprocher encore davantage les deux partis libéraux, qui veulent maintenant entrer ensemble dans un gouvernement. Un message qu’ils réitèreront vendredi, lors d’une réunion avec les préformateurs.

Les plus consultés